Management des équipes dans l’entreprise, avec agilité ou pas…

En ce moment, plein de sujets me trottent dans la tête, mais aucun dans un état abouti et clair. Alors je vous les livre tels quels 😉 Un de ceux qui contribuent à cette situation c’est le bon Michael O. Church, un bloggeur et développeur américain plutôt connu et assez grande gueule sur l’état du management dans l’industrie logicielle et particulièrement dans la Silicon Valley (qui on le rappelle, sur certains aspects est le modèle de ce qui fera dans quelques années dans le reste du monde).

Je recommande des perles comme son très bon réquisitoire pour le craftsmanship, sans jamais dire le mot, un point brillant sur les dynamiques en jeu lors d’un recrutement et comment les retourner en sa faveur, ou dernièrement une critique assez acerbe de l’Agilité, telle qu’elle est couramment implémentée ainsi que dans ses fondements, dans le contexte de l’entreprise vue par le prisme MacLeod/Gervais/Rao (que je recommande d’une telle force que vous ne pouvez pas ne pas l’avoir lu).

Sur ce dernier sujet les arguments sont valables, même si on sent qu’il n’a jamais vraiment eu la chance de participer à un projet SCRUM qui fonctionne correctement (en même temps c’est plutôt rare…). Mais j’accroche quand même bien avec son idée que l’agilité répond à un problème, la bonne allocation du travail aux productifs (les développeurs au sens large), qu’on pourrait peut-être complétement éviter.

Réaction des coachs agiles à cet instant précis de l'article

Réaction des coachs agiles à cet instant précis de l’article

Sa solution c’est de renverser le problème, soit l’Open Allocation, qui veut qu’on n’assigne pas les projets aux développeurs, mais que les développeurs choisissent eux-mêmes les projets auxquels ils veulent contribuer. Ce n’est pas une utopie puisqu’il existe déjà un exemple d’implémentation, Valve (PDF), l’un des éditeurs logiciel les plus innovants du moment. Notez en passant que ça n’est pas sans détracteurs.

Le but devient alors de passer du Politics-Driven-Development (Waterfall) au Business-Driven-Development (via l’agilité) jusqu’à l’Engineering-Driven-Development (avec l’Open Allocation). Ça peut paraître extrême, mais vu l’état actuel de l’industrie, il va certainement falloir tirer vers cet extrême pour ramener la situation à l’équilibre.

J’aime beaucoup ce courant de pensée, qu’il illustre en disant qu’on ne doit pas laisser le contrôle d’un avion aux passagers (BDD), mais bien au pilote (EDD).

J’aime l’élégance de l’idée (et très égoïstement, la liberté que cela pourrait m’apporter) mais j’ai encore du mal à la réconcilier avec une réalité business. Parce que les passagers, ceux qui payent, doivent quand même bien choisir la destination du vol, et cette contrainte doit bien s’imposer à l’organisation d’une façon ou d’une autres. D’autant plus que dans son exemple de réussite, Valve, les développeurs sont également des joueurs (donc clients), on est donc dans un cas particulier pour lequel l’EDD = le BDD.

Prise de décision chez Valve - un processus communautaire

Prise de décision chez Valve – un processus communautaire

Dans le fond tout ça rejoint quand même bien les pratiques recommandées du lean, qui pousse à la mise en place d’équipes alignées sur les streams de valeur client plutôt que les habituels silos fonctionnels : Manufacturing, HR, Marketing, Sales, Direction Technique, IT… Les équipes sont de plus rendues autonomes dans la prise de décisions locales et inscrites dans des cycles d’amélioration continue. Elles sont pluridisciplinaires, managées par les moyens plutôt que les objectifs, ce qui leur permet de retrouver un réel sens métier dont découlent les performances (et pas l’inverse).

Imaginez une société de retail, qui fabrique et vend des vêtements et souhaite avancer sur les sujets Internet of Things et vêtements connectés. Quelle meilleure équipe à mettre en place que celle dédiée à une population clientèle très précise (sportifs?), sur un besoin très précis (tracking de la performance personnelle à la fitbit/jawbone), composée du chef de produit (marketing), d’un ingénieur d’étude de l’usine de fabrication, d’un kiné, d’un vendeur magasin, d’un contrôleur de gestion, du community manager concerné, de développeurs web, app, back office, embarqué… On met tout ce petit monde au même endroit, et là vous l’avez la petite société dans la société, avec un PnL propre, une responsabilisation face au produit, et une grosse envie de réussir.

Tout ça on aime. Pas de débat. La question c’est plutôt : comment constituer ces équipes ? L’Open Allocation dans ce cas, ce serait d’avoir les chefs de produit qui pitchent les idées aux différents contributeurs, afin de les recruter et constituer l’équipe. Mais pour que les idées soient sexy il faut déjà que les contributeurs soient intéressés par le contexte métier. Si aucun développeur ne court, voir personne ne fait de sport, comment motiver les gens à rejoindre l’équipe ? Sommes nous alors plutôt devant un problème de recrutement ? Autrement dit, les développeurs de l’IT de Décathlon doivent-ils être des sportifs ?

Le flic de Bervely Hills, Eddie Murphy pas forcément très convaincu Voilà, pas vraiment de conclusion, juste plusieurs idées qui s’imbriquent et qui commencent à apporter une image de l’entreprise qui pourrait se matérialiser dans un futur proche, et dans laquelle il ferait bon vivre… 😉

Chefs de projet, Managers : la veille technologique, c’est aussi pour vous !

Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire que l’industrie du développement logiciel connaît une accélération forte de son rythme d’innovation. Quel que soit le secteur ou la stack technologique, un développeur doit maintenir une veille technologique de plus en plus importante pour rester à jour et profiter de toutes les nouveautés. D’ailleurs ne croyez pas que je vois cela d’un mauvais œil, bien au contraire pour moi c’est très positif, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Le sujet de cet article, c’est qu’il ne faut pas croire que seuls les développeurs doivent se tenir à jour sur l’évolution des outils et techniques de leur profession. Parce que si la technique évolue, les méthodes et processus de travail évoluent tout autant. Agilité, SCRUM, Lean IT, Lean Startup, MVP / MMF, Kanban, Software Craftsmanship, autant dire que ça bouillonne côté gestion de projet / produit / équipe, avec des gains significatifs dans les performances du delivery et dans la satisfaction de toutes les parties prenantes du projet. C’est pour cela qu’à mon sens il est devenu vital pour les chefs de projet de trouver une place dans leur planning pour leur veille technologique.

Bon et là je parle de l’innovation, mais je ne peux pas m’empêcher de rappeler que s’il y a quelques années on arrivait plus ou moins par hasard au poste de chef de projet, aujourd’hui c’est un métier bien défini, avec des tâches élémentaires incontournables : savoir entendre un client/utilisateur sans imposer ses biais cognitifs, abstraire le besoin et modéliser élégamment les processus métier à couvrir par la solution, synthétiser tout ça pour le transmettre de manière efficace et efficiente au reste de l’équipe, déterminer la progression de l’équipe et la rapporter avec transparence à sa hiérarchie. Et que si toutes ces activités de base ne sont pas déjà maîtrisées, c’est le premier sujet à creuser.

Parce qu’entre nous, mettre un costume, passer sa vie en réunion et faire les gros yeux quand le projet n’avance pas tout seul, ça ne suffit plus en 2014 😉

The Office - Wow this is hard

Évidemment c’est le même combat pour les managers. Il se passe énormément de choses en ce moment en psychologie cognitive et en optimisation des organisations (cf les 4 liens de la semaine) et il est pour moi inconcevable de ne pas s’en inspirer dans son job de manageur aujourd’hui. Et évidemment je ne parle pas de déployer Yammer ou de choisir entre Paintball et Karting pour la prochaine sortie de « team-building ». Je parle de l’encadrement d’êtres humains dont la carrière est sous notre responsabilité.

Alors n’oublions pas que quel que soit son rôle dans l’organisation, il est fondamental de maintenir une veille technologique active, à travers la lecture des ouvrages de références, des formations, des conférences, la participation à des groupes d’utilisateurs, ou encore le suivi via Twitter de l’actualité de son domaine.

PS: J’écris cet article la semaine dernière, entre temps je lis The Hard Things About Hard Things, et évidemment ça fait changer mon point de vue sur le sujet – enfin pas qu’il faille entretenir son savoir, mais plutôt qui est responsable de maintenir l’effort dans la durée. On en reparle quand je vous débriefe le bouquin…

4 liens pour la semaine (2014-16)

De quoi lire et réfléchir pour ce long week-end 😉

  1. Bill Waddell, qui reprend l’idée qu’il est temps de repenser le service des Ressources Humaines. Il est vrai que c’est une fonction qui traverse une vraie crise existentielle aujourd’hui, entre les vrais humanistes qui perdent la foi à force d’avoir à appliquer les règlements internes abscons, et les gestionnaires qui ne sont là que pour protéger la société de ses propres collaborateurs.
  2. Rebekah Campbell du New York Times sur les coûts cachés des petits mensonges dans la vie professionnelle. Humilité, franchise et transparence, définitivement des caractéristiques communes aux meilleurs professionnels que je côtoie. Et oui, ce n’est pas toujours facile, mais c’est toujours gagnant à long terme.
  3. Une belle dataviz de Bloomberg sur les causes de mortalités aux USA, avec des gros morceaux de story-telling dedans. Notez comme on accède très facilement à chaque source de données sous-jacente, ça c’est une bonne pratique. Et les bonnes pratiques pour manipuler des données de population, issues de recensements, elles sont là.
  4. Dave Thomas, l’un des co-signataires du manifeste Agile, avec un petit électrochoc sur ce qu’est devenu l’Agilité, et son destin (via HN). Un bon rappel que l’Agilité c’est avant tout une intention, et pas des outils logiciels ni des carcans de processus.

<< Semaine Précédente – Semaine Suivante >>

Au revoir 2013, et bonne année 2014 ;)

Voici mon petit débriefing de l’année 2013. J’applique une pratique de l’amélioration continue en rédigeant ma rétrospective annuelle, j’en profite pour en faire un article comme en 2011 et 2010.

Si je ne l’avais pas fait l’année dernière, cette année c’est Charly qui m’a motivé à recommencer l’exercice. N’hésitez pas vous aussi à écrire votre bilan et vos objectifs, ça clarifie les choses et concrétise les volontés (vive le management visuel), et puis vu le temps dehors, autant en profiter…

Je suis obligé de mettre de la neige dans l'article parce que dehors en fait il fait grand ciel bleu...

Donc en 2013 j’ai avancé sur les fonctions suivantes :

–          Management : Animation d’une équipe d’une douzaine de consultants : à eux de dire si j’ai bien fait mon job ! De mon côté je suis super satisfait de la progression de l’équipe. Tout le monde a cravaché dur et ça se sent sur la qualité du delivery (les seuls clients mécontents sont ceux où je suis intervenu directement, c’est pour dire !). Là aussi on a fait de l’amélioration continue, tant en terme de formations/certifications que de gestion de la connaissance. Beau boulot les gens !

–          Développement Business : Toujours des avant-ventes et autres réponses aux appels d’offres, mais également la participation à la création d’une offre verticale (finance/compta) et présentation du produit en résultant à un salon pour les DAF. Aussi cette année un gros travail de rencontre avec les équipes Microsoft. Ça me fait très plaisir de mettre enfin des visages sur des noms bien connus. Et plus globalement la rencontre de nombreux acteurs de l’écosystème, que nous soyons concurrents ou complémentaires, c’est toujours positif d’échanger avec ses pairs.

–          Technologies : Pour obtenir la MCSE j’ai dû retravailler toutes les bases, y compris l’administration de SQL Server. J’avoue y être allé à reculons, et finalement je me suis amusé et j’ai beaucoup appris. Heureusement d’ailleurs, ça m’a permis d’avoir l’air moins bête dans les discussions des MVP SQL Server orientés moteur au MVP Summit… Et sinon : pas mal de Power Pivot / SSAS Tabular et Power View pour notre offre verticale, pas mal de Power Query parce que c’est vraiment un beau produit, du Azure en IaaS parce que c’est facile, et du HDInsight pour finir l’année en beauté !

–          Décisionnel : En mode passif sur la modélisation (quelques cas intéressants cette année mais rien de révolutionnaire), en mode actif sur les cas d’usage, que ce soit le big data ou le self-service. Le marketing s’essouffle enfin sur le big data et on commence à voir apparaître des solutions utilisables (pas complétement sèches non plus) pour résoudre des vrais problèmes à des prix vraiment intéressants. Côté self-service c’est toujours ce travail de recherche autour du positionnement de la BI comme outil d’une conduite du changement plus qu’une fin en soi.

–          Gestion de Projet : Du Kanban, de l’Agile, j’ai bien bossé le sujet tant en veille qu’en pratique, je suis satisfait 😉

–          Fonctionnel : Rien de vraiment neuf en 2013, dommage… Enfin si, mais rien de vraiment différent.

–          Relation Utilisateur / Communication : Pas de révolution non plus. Côté écrit j’essaye toujours d’être le plus minimaliste possible, côté oral j’ai fait 3 sessions cette année dont une table ronde (Carrières aux SQLSaturday) et ça m’éclate toujours autant. Plein de choses à venir de ce côté en 2014, toujours avec le GUSS!

Voilà pour l’année passée. Et pour l’année à venir, je vais l’extrapoler à partir des bouquins qui sont dans la pile «à lire » sur ma table de chevet :

Des livres à lire

–          Peopleware de DeMarco et Lister, après le Mythical Man-Month, l’autre incontournable de la gestion d’équipe informatique

–          Toyota Kata de Mike Rother, une des bibles du Lean

–          The Year Without Pants de Scott Berkun, un de mes blogueurs préférés, gourou de la gestion de projet, qui retourne faire le chef de projet pendant 1 an chez WordPress et raconte l’aventure

–          Naked Statistics de Charles Wheelan, un rafraichissement de ma culture sur les statistiques avant de m’y remettre pour de vrai sur le Machine Learning (via Coursera très certainement)

–          Information Dashboard Design de Stephen Few, parce que je reste convaincu que le design d’un rapport ou d’un tableau de bord contribue de manière drastique à son adoption, et que c’est un sujet trop négligé dans notre milieu

Vous l’avez compris, 2013 a été une année plutôt remplie pour moi, espérons que 2014 le soit tout autant 😉

Webcast : Pratiques et Outils pour la BI Agile

Voici le webcast de ma session co-animée par Jordan Mootoosamy et Thomas Morisson, présentée lors des Journées SQL Server 2013 organisées par le GUSS. Après une courte intro de ma part c’est Thomas qui prend la parole sur SCRUM, suivi de Jordan sur Biml et MIST, puis je conclue sur NBi.

Vous trouverez tous les liens dont nous parlons dans les slides.

Si ces sujets vous intéressent, je vous laisse creuser sur ce blog, et particulièrement autour la réflexion qui avait motivé cette session, ou du Kanban, une autre méthode novatrice de gestion de projet.

Enfin, notez que tous les webcasts et les slides des sessions des JSS2013 sont dispo sur le site du GUSS (si besoin il faut s’inscrire, c’est évidemment gratuit).

Bon visionnage 😉

Retour du MVP Summit, et des Journées SQL Server 2013 !

Me voilà enfin revenu du MVP Summit (après une escale d’une semaine à San Francisco) juste à temps pour participer aux JSS2013 qui ont eu lieu ces lundi et mardi.

Pour le MVP Summit, je ne peux malheureusement rien vous dire de concret, les rappels NDA ayant été assez violents. Cela dit, et par rapport aux évolutions importantes que subit l’offre décisionnelle de Microsoft en ce moment, je ne vous ferai pas le coup classique du « faites confiance à Microsoft ». D’abord parce que la confiance n’a rien à faire dans l’histoire, ensuite parce qu’on ne fait pas confiance à une entité mais à des individus.

Je vous dirais donc plutôt que les choix qui sont faits vis-à-vis des roadmaps des produits sont faits consciemment, en pesant les impacts qui en découlent sur l’offre globale et sur l’écosystème. Je vous dirais également que parmi les individus qui font ces choix, les Executives et Product Managers de Microsoft, il y a effectivement des gens brillants.

En dehors de ces considérations c’était vraiment un voyage génial. Visiter le campus de Microsoft, rencontrer les responsables et développeurs des produits qu’on utilise, rencontrer les MVP du monde entier, c’est une opportunité incroyable. Je remercie sincèrement tous les gens qui contribuent à ce programme.

Un burger à Seattle

Au moins les burgers ne sont pas sous NDA 😉

On revient en France avec les Journées SQL Server, qui se sont déroulées en ce début de semaine. Au final plus de 350 présents, un super feedback sur la qualité globale du contenu (y’a toujours des efforts à faire mais ça s’améliore chaque année), et une communauté SQL Server de plus en plus forte.

Encore une fois merci aux sponsors, qui contribuent juste à 100% du budget de la chose vu que le GUSS est une association quasiment sans liquidité. Et merci également à tous les copains qui ont participé à l’organisation. On a bossé comme des fous les soirs et les week-ends depuis 6 mois pour monter tout ça, et c’est une vraie satisfaction de voir le résultat obtenu. Spéciale dédicace à David Joubert et Aurélien Koppel, qui ont assuré le caramel pendant que les MVPs se la coulaient douce à Seattle!

Du côté de ma session je suis vraiment content d’avoir invité Jordan Mootoosamy et Thomas Morisson à partager le temps de parole. Je les ai trouvé très bons tous les deux, tant sur le fond que sur la forme. A refaire!

Jordan présente aux JSS2013

Quelle classe ce Jordan!

Pour cette session je voulais remercier Steven Currie de Varigence, qui nous a fourni les licences Mist pour nos tests et qui a essayé de nous envoyer des jolis t-shirts à vous distribuer (un petit couac de ma faute avec la douane et ils sont repartis directement aux USA). Et également merci à Cédric, le contributeur principal de NBi, pour ses réponses à mes questions de newbie sur son outil…

Au niveau de l’audience la salle était pleine, soit autour de 60 personnes. J’en profite pour remercier tous ceux qui sont venus. C’est sincèrement super satisfaisant de voir que les sujets traités intéressent autant de monde ! Si vous étiez là, n’hésitez pas à nous faire votre retour dans les commentaires.

Enfin, je mets à votre disposition les slides de cette session Pratiques et Outils pour la BI Agile. (MàJ : le webcast est maintenant dispo). Les présentations des autres sessions des JSS devraient bientôt arriver sur le site du GUSS, et également les vidéos, puisque tout a été enregistré.