SQLRally Nordic : Construire une plateforme BI moderne en PaaS avec Azure

Si vous vous demandiez ce qui a expliqué ce long silence hivernal, voici l’une des principales raisons!

En effet j’ai été invité début mars à présenter une session au SQLRally Nordic 2015 à Copenhague. Pour ceux qui ne la connaissent pas, c’est une belle petite conférence sur 2 jours (4 tracks), payante, et si vous allez voir la liste des speakers vous verrez que le niveau est assez sympathique.

Tant qu’à me mettre en risque j’ai joué le tout pour le tout, en choisissant un sujet novateur et un peu provocateur. Parce que oui, faire de la BI en PaaS dans le Cloud, c’est provocateur!

Gif animé de Loki, personnage Marvel

Faîtes moi confiance, ça passe dans le Cloud, sans aucun problème!

Bon je ne m’attendais pas non plus à déclencher une bagarre générale dans la salle, mais j’ai quand même eu un peu d’appréhension que cela dégénère en un débat sur la théorie fondamentale du datawarehousing, dans la langue de Shakespeare. Rien de tout ça, la session s’est bien déroulée, la preuve en vidéo (oui je dois travailler sur mon accent… et ma démo!) :

Les idées que j’expose dans ce talk me parlent beaucoup en ce moment (architectures lamba/kappa, software containers, micro-services), si vous avez un peu de temps je pense que ça vaut le coup d’oeil. Par ailleurs j’ai proposé cette même session au PASS Summit 2015 (oui je suis un malade, mais ça n’est pas non plus un grand risque vu le peu de chance d’être sélectionné), et je vais globalement travailler dessus pour l’améliorer et pourquoi pas la présenter en France avant la fin de l’année.

Dans l’attente, les slides et les références que je conseille très vivement, avec une mention spéciale à Martin Kleppmann et son talk « Turning the database inside out« , juste exceptionnel:

Retour sur « Accélerez vos idées », la keynote de Microsoft du 15/04

Bon bin ça c’est fait : hier à 19h a eu lieu comme prévu la belle présentation de Microsoft sur leur plateforme Data / BI / Big Data, avec entre autres Satya Nadella (CEO) et Quentin Clark (cVP Data) sur scène.

Si vous voulez un compte rendu exhaustif, je conseille fortement l’article de JP sur le sujet.

Voir à travers le marketing...

Voir à travers le marketing…

Mon retour en vrac :

  • Il est bien Satya sur scène, j’aime beaucoup son élocution et sa présence, beaucoup plus que ce qui se faisait avant…
  • Autant le discours marketing est chouette, « Turn the data exhaust into Ambiant Intelligence », autant à mon sens les outils ne sont pas encore au niveau de ce qui est promis. C’est vrai que les premières briques sont là, et c’est vrai aussi que j’ai confiance dans la capacité des équipes produit à créer une offre cohérente à moyen terme. Mais ne mettons pas la grenouille avant les bœufs, sinon on aura des déçus.
  • D’ailleurs entendre un beau message marketing tout neuf, et voir que quasiment toutes les démos qui l’accompagnent ont déjà été présentées, et certaines depuis 1 an, c’est pas top top…
  • Un autre slogan qui fait sourire c’est « Mobile First, Cloud First », parce qu’en BI si on est couvert pour le Cloud, pour le Mobile c’est moins évident… Mais ça vient, ne faisons pas de mauvais esprit 🙂
  • Et dans le détail produit :
    • Polybase ça m’a l’air excellent (dans une même requête SQL on touche Hadoop et les bases relationnelles), dommage que pour le moment ça ne marche que sur PDW, pardon APS (l’appliance de MS change de nom). A quand dans Azure ?
    • On note qu’Office est présenté comme l’interface universelle pour tous les usages de données. Dommage pour SSRS 😉
    • Ça cause beaucoup Machine Learning, mais pour le moment rien de concret dans l’offre. On notera qu’à ce sujet pour une fois MS fait les choses à l’envers en termes de développement produit : ils partent d’une solution verticale existante (solution ML pour la recherche dans Bing) et tentent d’en faire un produit générique, alors que d’habitude ils développent les outils d’abord et recherchent les usages ensuite. Y’a du challenge !

Voilà, voilà. Content de voir que Satya mouille sa chemise pour la BI, mais ce n’était pas non plus une keynote à la Apple avec des annonces révolutionnaires qui font rêver. En fait ce qui m’a fait le plus plaisir pendant cette présentation, ce sont les commentaires en live des copains sur Twitter 😉

Oyez, oyez l’appel de Redmond : Accélérez vos idées le 15 avril à 19h!

Update 2014-04-16 : Le retour c’est ici.

Version courte : Si on fait de la BI, on ajoute ce webcast à venir dans son calendrier!

Version longue :

Je vous avoue que je suis un peu déçu. En effet j’étais partie faire une traduction automatique de « Accelerate your Insights« , le titre original de l’événement dont je vais vous parler, dans l’idée d’obtenir une expression bien moche à mettre en titre de cet article. On aurait tous bien ri, ça m’aurait fait l’accroche de l’article, vous vous seriez exclamé « ce Fleid, quel mec cool et marrant ! ». Mais non. A la place j’ai eu « Accélérer vos idées », qui est finalement une bonne traduction. Je dois dire que je n’aurais jamais cru être déçu de la bonne qualité d’une traduction automatique. Tout arrive.

Satya Nadella annonce l'événement du 15 avril 2014

Pour revenir au sujet, si vous suivez ce blog pour la partie Business Intelligence, vous vous devez d’entendre l’appel de Microsoft du 15 avril à 19h. Parce que ce soit sur Twitter, Facebook, les newsletters ou les blogs MSDN, tous les 2 jours on a un rappel de la convocation. Et vu le beau monde autour de la table, ils doivent avoir quelque chose d’important à nous dire. Je vous donne : Satya Nadella, le président, Kevin Turner, le premier ministre, et Quentin Clark, le ministre de la Data (qui sort du bois en ce moment).

Ça va causer SQL Server 2014, Power BI, et certainement Azure. J’espère également des news côté Big Data avec HDInsight et PDW.

Donc direction vos calendriers : le 15 avril à 19h00, surement sur Channel 9.

Des news de Redmond : Power BI et Quentin Clark

En ce moment Microsoft communique beaucoup autour de la BI (cf. pourquoi). Alors pour éviter d’être submergé, je vous ai fait une petite sélection avec mes commentaires:

Logo Power BI

  • Power BI passe en « General Availability »
    • Alors déjà GA ça veut dire quoi ? Mais qu’on va commencer à payer tiens donc! En toute honnêteté je ne trouve pas ça très cher pour les entreprises : 20€/utilisateur/mois si vous êtes en E3/E4 (ce qui devrait être le cas). Pour les particuliers le message est moins rose : si Office 365 Famille c’est vraiment pas cher (90€/an pour 5 machines), aucune possibilité d’avoir un petit morceau de Power BI avec. La version minimale d’Office pour y accéder semble être Office 365 ProPlus à 13€HT/utilisateur/mois, et avec ça on s’ouvre l’option Power BI à 40$/utilisateur/mois en plus. Ouch. Même combat pour les étudiants, qui touchent Office à 80€ pour 4 ans (c’est donné !), mais dont la version d’Office n’est pas éligible à Power BI (paf 52$/user/mois pour l’upgrade full…). Nul.
    • Une des conséquences du passage en GA est la clarification du destin de Power Map, qui rejoint la distribution Excel par défaut (dans les versions streamées – celles qui se mettent à jour toutes seules). Fini donc d’avoir à installer l’add-in en plus, c’est plutôt cool.
    • Alors oui, ça miaule dans les chaumières parce que Microsoft fait du gros forcing sur le passage en licence par abonnement (Office 365) plutôt qu’en boite. Mais de mon côté si d’une part je trouve les prix ultra agressifs (mais ok, rien ne nous met à l’abri d’une explosion des tarifs une fois que tout le monde aura signé… euh en fait si, la concurrence), d’autre part je trouve fantastique le principe des mises à jour continues, si possible via les Updates dans les applications. Ce dernier point on l’a vu à l’œuvre dans la preview de Power Query depuis le milieu de l’année dernière, avec des grosses mises à jour livrées tous les mois, et franchement c’est juste le top (de la même manière que Chrome ou Firefox se mettent à jour tout seul). Dans l’absolu je préfère largement avoir des cycles de release mensuels, plutôt que d’attendre 3 ans pour avoir à migrer de SQL Server 2005 à 2008 (ou pas).
Passage en GA de Power BI – Annonce sur le licensing

Passage en GA de Power BI – Annonce sur le licensing

  • Le deuxième gros sujet c’est les pontes de Microsoft qui prennent le micro, et celui qui nous intéresse c’est Quentin Clark, le grand patron de l’offre Data, sur la vision de Microsoft pour sa plateforme
    • En 2 mots, son message : « Cloud First »
      • Aujourd’hui : on rouille sur de l’IT à la papa, avec des bases OLTP, des DWH relationnels et de la BI opérationnelle. Tout ça c’est basé sur une approche, de construire des « systèmes d’enregistrement », comme les ERP et tous les autres applicatifs LoB, qui sont designés spécifiquement pour enregistrer ce qu’il se passe sur un flux métier de l’entreprise (une interface pour enregistrer une vente, un échange client, un recrutement)
      • Demain on pourra construire des « systèmes d’observation », complémentaires, qui auront l’approche inverse, soit observer les événements dans tout l’écosystème (et pas seulement dans l’entreprise) pour en déduire de l’information
    • A mon sens c’est encore très flou, mais pour Microsoft l’objectif devient alors de nous construire l’outillage nécessaire à cette vision, autour des briques suivantes:
      • Modern Transaction Processing : la communication inter-applications dans le cloud, et non plus on-premise, en fait c’est la cloudification des EAI – le concept est excellent
      • Modern Business Intelligence : Self-Service, Machine Learning, Data Viz, tout ce qui concerne la modernisation du rôle et de l’usage de la BI
      • Modern Data Warehouse : tout ce qui doit se faire en back office pour permettre la Modern BI, soit pour le moment principalement le traitement des hautes volumétries via Big Data
      • Le tout en cloud et PaaS, pour la scalabilité, et effacer les problèmes d’infrastructure afin de se concentrer sur les problématiques métier
  • On entend donc bien le message « Cloud First », à tous les niveaux, qui au-delà du changement de mentalité technologique, avec ses avantages et ses inconvénients, va surtout permettre à l’éditeur de terminer la transition de son business modèle de la vente de boîtes à la location de services
    • Et là moi je suis à 100% pour, puisque vous le savez j’ai un avis assez tranché sur l’économie numérique, et autant payer pour un .exe ça me pose un problème, autant payer tous les mois pour un service, qui m’apporte de la valeur, qui s’améliore dans le temps, je suis complétement d’accord
    • Maintenant si MS a fait la preuve de sa compétence Cloud (Azure c’est juste énorme), et si ça commence à sentir bon côté Modern Data Warehouse (HDInsight c’est top, StreamInsight c’est bien, manque plus que des IDE avec des IHM dignes de ce nom), on est encore léger côté Modern BI : toujours à poil sur le Machine Learning (le nouveau nom du Data Mining), et pas complétement convaincu par les capacités de Data Viz de la plateforme (mais c’est un point d’attention de leur côté). D’ailleurs sur ce dernier point, vous noterez dans l’article que le sujet est retourné du côté des équipes Office (cf les titres des auteurs à la fin) plutôt que Data Platform (chez Quentin). Est-ce positif ? Sincérement, vu SSRS, à mon avis oui…
    • Dans tous les cas, respect à Quentin Clark de faire l’effort de nous exprimer sa vision, même si c’est un exercice qui va devenir strictement nécessaire pour établir une vraie relation de confiance avec nous, les utilisateurs de ces services.
Ça va, c’est clair ?

Ça va, c’est clair ?

N’hésitez pas à réagir dans les commentaires 😉

Le futur du décisionnel? Pas forcément là où on veut nous le faire croire…

Via Jason Kottke, cette jolie vidéo qui présente la chaîne d’assemblage de Tesla pour produire le Model S :

Prenez le temps de la regarder, elle est courte et elle vaut vraiment le coup d’œil.

Pour donner un peu de contexte, Tesla Motors est un constructeur automobile américain récent, spécialisé dans les voitures 100% électriques, lancé par Elon Musk, un Nikola Tesla moderne. Comme on le voit dans la vidéo, ils sont au somment niveau innovation.

Et un peu plus tôt, toujours via Kottke, il y a cette vidéo de l’usine d’assemblage NeXT, le constructeur informatique qu’avait lancé Steve Jobs avant de revenir chez Apple.

Ce qu’on peut voir dans ces vidéos, c’est pour une chaîne de fabrication le top en termes d’organisation, de flux de production, d’automatisation, d’intégration logistique, d’amélioration continue… (de lean manufacturing en sorte) qui mènent au top en terme de qualité et de temps de construction (3 jours pour une voiture, combien de temps pour un projet décisionnel?).

Et de là on peut faire le parallèle à notre activité de développement en décisionnel, sur SQL Server ou pas. Chez nous, pas d’usine logicielle, très peu de frameworks – ou qui ne font pas franchement rêver – le tout début de la génération automatique de code (il faut que je m’y mette), surtout des Best Practices transmises via savoir tribal et quelques Design Patterns (SSIS oui, SSAS et SSRS sont bien vides).

Ça c’est sur la conception, mais côté industrialisation on est aussi à la ramasse. Entre autres: un déploiement de toute une solution en un clic c’est encore trop risqué, un build complet ça n’est pas possible et ça ne sert surtout pas à grand chose, et si les tests automatisés fonctionnent bien en SQL OLTP, c’est encore dur de comparer des données en provenance de sources hétérogènes (SQL vs MDX vs DAX, à voir si ça n’est pas en train de changer).

On présente le futur de la BI comme étant un mix de Big Data, de Data Visualisation, d’in-memory, d’analyse prédictive, de stockage verticale ou encore de Cloud. Certes, mais je crois qu’avant cela il faudrait déjà qu’on rejoigne le présent du monde du développement logiciel. Ce serait déjà pas mal.

Deux points positifs cependant : on se rattrape sur les cycles d’amélioration continue : côté plateforme (base de données des bugs, templating, reporting sur l’usage et les performances…) et côté équipe (revue de code, plan de formation, plan de carrière, suivi des objectifs…). Et également avec la verticalisation, à savoir : on construit une fois, le plus proprement possible, et on réutilise sur d’autres projets qui utilisent les mêmes applicatifs sources. Mais ça ne marche que dans les marchés où les progiciels utilisés sont toujours les mêmes (compta d’entreprise, RH, CRM…), marchés qui sont finalement assez rares.

A nous donc d’arrêter de courir après les dernières modes, et de nous concentrer sur ce qui est vraiment important pour la croissance de notre « science » (dit-il tout en préparant un article sur Azure – spoiler : le IaaS c’est trop bien ;)).

Microsoft Techdays 2013 – 12, 13 et 14 février

Je vous préviens un peu tardivement, mais heureusement d’autres l’ont fait avant moi, que la semaine prochaine auront lieu les Techdays 2013.

Techdays 2013

J’y serai évidemment. Dans mon agenda cette année pas mal de sessions sur l’ALM (outillage Agile), le Big Data et le Cloud Azuré. Je ferai évidemment un tour sur le stand des communautés et sur celui de SQL Server. A la semaine prochaine! 🙂