4 liens pour la semaine (2014-13)

Ca faisait trop longtemps que je ne vous avais fait une petite sélection de lectures à ne pas rater!

  1. Sebastian Marshall sur comment gagner de l’argent se résume à 2 grands aspects. Brillant!
  2. Via le Radar, le changement d’approche managériale de Chipotle (chaîne de fast food américaine), qui remet les responsabilités en face des individus. C’est top et ça marche ! Si vous avez un peu de temps, je vous conseille comme Nat Tokington de poursuivre avec l’article de Ben Horowitz sur la formation.
  3. Chris Dixon qui nous rappelle l’excellente analyse en 3 points de Douglas Adams sur notre approche des technologies.
  4. Enfin, via John Gruber, Horace Dediu qui en 3 graphs nous montre la domination d’Apple et Samsung sur le marché des téléphones portables. Particulièrement choquant, le graph sur le résultat d’exploitation :
Notez comme Apple et Samsung extraient à eux deux l’ensemble des profits du marché !

Notez comment Apple et Samsung extraient à eux deux l’ensemble des profits du marché !

______________________

<< Semaine Précédente – Semaine Suivante >>

Un outil pour la transparence en SSII : le tableau mensuel des marges

2013 est terminée, et je voulais partager avec vous une initiative que j’ai lancée avec mon équipe l’année dernière, et qui à mon sens a considérablement participé à l’amélioration du moral, à la cohésion du groupe, à la confiance dans la structure, à la paix sociale en somme !

Il s’agit d’un petit rapport tout bête, qui présente à toute l’équipe nos dépenses (salaires, frais, structure) et notre chiffre d’affaire, ce qui permet de calculer la marge et visualiser le résultat de nos efforts. Un petit exemple ci-dessous (les chiffres, mêmes s’ils se veulent réalistes, ne sont évidemment pas ceux de mon équipe) :

On peut cliquer pour voir plus grand ;)

On peut cliquer pour voir plus grand 😉

Vous noterez mes hypothèses :

  • Taux Journalier moyen : 580€
  • Nombre de jours ouvrables sur la période (prise en compte des congés) : 124
  • Salaire chargé (niveau patronal) moyen : 4600€/mois
  • Frais de structure à 25% du CA
  • Un objectif de marge annuelle à 180K€, voir plus bas sur la répartition

Attention la dernière ligne est une valeur cumulée à date, le reste étant les valeurs mensuelles.

Et surtout vous noterez le résultat : il ne reste pas grand-chose après 8 mois d’activité (on n’oublie pas l’impact important des congés d’été) en ajoutant que ces chiffres sont avant l’impôt sur les sociétés. Pour rappel cet impôt se situe entre 15%  et 35% du résultat (15% si le CA est inférieur à 7,5M€), même si l’optimisation fiscale est devenu un sport très souvent mis en pratique par nos patrons 😉

On apprend quoi ?

  • Qu’en effet une fois qu’on a tout payé, raisonnablement il ne reste pas tant que ça
  • Que malgré tout il reste quelque chose : potentiellement 60K€ de réinvestissement pour la société (ligne bénéfice société), et autour de 7000€ de « monnaie » pour investir sur les collaborateurs
  • Que le tout peut s’effondrer très vite si l’inter-contrat s’envole (cf Mars). On peut comprendre le stress des patrons à la sortie d’un consultant en mission : potentiellement c’est la marge du mois qui peut y passer
La transparence ça fait du bien, mais ça peut faire mal !

La transparence ça fait du bien, mais ça peut faire mal !

Ce calcul repose sur le framework dont je parlais tantôt, qui répartie la marge équitablement entre les actionnaires (bénéfice société), les collaborateurs (primes annuelles) et les clients (amélioration des produits et service), les fameux 7000€ entrant dans cette dernière catégorie.

Ce petit tableau, mis à jour mensuellement avec 1 ou 2 mois de forecast, permet de renouer avec son équipe en l’impliquant directement sur le résultat de l’entreprise. On bosse bien, on accepte de faire des sacrifices dans son quotidien, et on voit le résultat directement à la fin du mois.

Par contre, comme toute initiative sur la transparence, ça implique de jouer le jeu tant sur les chiffres (c’est tellement facile de maquiller les chiffres) que sur la répartition effective du cash: si effectivement le pôle a généré 20K€, difficile de refuser des formations à 2K€.

A pratiquer avec l’accord de la direction !

A pratiquer avec l’accord de la direction !

Enfin, vous noterez que comme tout rapport, il est nécessaire de l’accompagner de valeurs de référence (résultat N-2/N-1, framework « standard ») et d’objectifs. En plus de contribuer au moral cela contribuera alors également à l’amélioration continue !

Au revoir 2013, et bonne année 2014 ;)

Voici mon petit débriefing de l’année 2013. J’applique une pratique de l’amélioration continue en rédigeant ma rétrospective annuelle, j’en profite pour en faire un article comme en 2011 et 2010.

Si je ne l’avais pas fait l’année dernière, cette année c’est Charly qui m’a motivé à recommencer l’exercice. N’hésitez pas vous aussi à écrire votre bilan et vos objectifs, ça clarifie les choses et concrétise les volontés (vive le management visuel), et puis vu le temps dehors, autant en profiter…

Je suis obligé de mettre de la neige dans l'article parce que dehors en fait il fait grand ciel bleu...

Donc en 2013 j’ai avancé sur les fonctions suivantes :

–          Management : Animation d’une équipe d’une douzaine de consultants : à eux de dire si j’ai bien fait mon job ! De mon côté je suis super satisfait de la progression de l’équipe. Tout le monde a cravaché dur et ça se sent sur la qualité du delivery (les seuls clients mécontents sont ceux où je suis intervenu directement, c’est pour dire !). Là aussi on a fait de l’amélioration continue, tant en terme de formations/certifications que de gestion de la connaissance. Beau boulot les gens !

–          Développement Business : Toujours des avant-ventes et autres réponses aux appels d’offres, mais également la participation à la création d’une offre verticale (finance/compta) et présentation du produit en résultant à un salon pour les DAF. Aussi cette année un gros travail de rencontre avec les équipes Microsoft. Ça me fait très plaisir de mettre enfin des visages sur des noms bien connus. Et plus globalement la rencontre de nombreux acteurs de l’écosystème, que nous soyons concurrents ou complémentaires, c’est toujours positif d’échanger avec ses pairs.

–          Technologies : Pour obtenir la MCSE j’ai dû retravailler toutes les bases, y compris l’administration de SQL Server. J’avoue y être allé à reculons, et finalement je me suis amusé et j’ai beaucoup appris. Heureusement d’ailleurs, ça m’a permis d’avoir l’air moins bête dans les discussions des MVP SQL Server orientés moteur au MVP Summit… Et sinon : pas mal de Power Pivot / SSAS Tabular et Power View pour notre offre verticale, pas mal de Power Query parce que c’est vraiment un beau produit, du Azure en IaaS parce que c’est facile, et du HDInsight pour finir l’année en beauté !

–          Décisionnel : En mode passif sur la modélisation (quelques cas intéressants cette année mais rien de révolutionnaire), en mode actif sur les cas d’usage, que ce soit le big data ou le self-service. Le marketing s’essouffle enfin sur le big data et on commence à voir apparaître des solutions utilisables (pas complétement sèches non plus) pour résoudre des vrais problèmes à des prix vraiment intéressants. Côté self-service c’est toujours ce travail de recherche autour du positionnement de la BI comme outil d’une conduite du changement plus qu’une fin en soi.

–          Gestion de Projet : Du Kanban, de l’Agile, j’ai bien bossé le sujet tant en veille qu’en pratique, je suis satisfait 😉

–          Fonctionnel : Rien de vraiment neuf en 2013, dommage… Enfin si, mais rien de vraiment différent.

–          Relation Utilisateur / Communication : Pas de révolution non plus. Côté écrit j’essaye toujours d’être le plus minimaliste possible, côté oral j’ai fait 3 sessions cette année dont une table ronde (Carrières aux SQLSaturday) et ça m’éclate toujours autant. Plein de choses à venir de ce côté en 2014, toujours avec le GUSS!

Voilà pour l’année passée. Et pour l’année à venir, je vais l’extrapoler à partir des bouquins qui sont dans la pile «à lire » sur ma table de chevet :

Des livres à lire

–          Peopleware de DeMarco et Lister, après le Mythical Man-Month, l’autre incontournable de la gestion d’équipe informatique

–          Toyota Kata de Mike Rother, une des bibles du Lean

–          The Year Without Pants de Scott Berkun, un de mes blogueurs préférés, gourou de la gestion de projet, qui retourne faire le chef de projet pendant 1 an chez WordPress et raconte l’aventure

–          Naked Statistics de Charles Wheelan, un rafraichissement de ma culture sur les statistiques avant de m’y remettre pour de vrai sur le Machine Learning (via Coursera très certainement)

–          Information Dashboard Design de Stephen Few, parce que je reste convaincu que le design d’un rapport ou d’un tableau de bord contribue de manière drastique à son adoption, et que c’est un sujet trop négligé dans notre milieu

Vous l’avez compris, 2013 a été une année plutôt remplie pour moi, espérons que 2014 le soit tout autant 😉

Dilbert du 2013-12-14

Recommandé par Nicolas de mon équipe. Je ne sais pas trop comment le prendre… 😉

Traduction approximative:

Boss: Lors de notre prochain comité de direction, je me battrai pour votre promotion!

Alice: Êtes-vous en train de me dire que mon futur dépend de votre efficacité et pas de la mienne?

Boss: Je pensais que ça vous rassurerait…

Alice: Mais pourquoi???

4 liens pour la semaine (2013-20)

Du business, du management, et un peu d’amour pour Excel:

  1. Kevin Meyer avec 2 signes très clairs pour qualifier une future relation commerciale. Rien de tel que la société qui gèle le paiement des fournisseurs les 3 derniers mois avant la publication des chiffres en bourse. Juste scandaleux.
  2. Vance Crowe avec une belle histoire de ce qu’il est possible de négocier quand il n’y a plus d’argent dans la caisse – confère lien n°1 😉 (Via HN)
  3. Alaister Low nous fait un rappel sur la pyramide de Maslow et son application en management et ressources humaines. Une bonne piste à suivre pour les managers dont le turnover explose.
  4. James Kwak qui rend un peu d’amour à Excel. Tout comme Rob Collie, je suis partisan du fait qu’Excel soit l’outil fondamental de la boîte à outils des « cols blancs », au même titre que le bloc note il y a 30 ans. Maintenant à chacun de prendre en main sa propre formation pour bien l’employer. (Via HN)

______________________

<< Semaine Précédente – Semaine Suivante >>

Dilbert du 2013-02-16

Vous avez vu comme je suis mes propres recommandations? 🙂

Dilbert du 2013-02-16

Traduction approximative:

CEO: Les experts disent que nous devons faire grandir nos employés avec des « valeurs ».

CEO: Donc même si je ne sais pas trop ce que c’est, nous en avons besoin.

Boss: Il me semble que c’est du genre « Ne pas courir avec des ciseaux ».

CEO: Commençons avec ça, et voyons s’ils arrêtent de demander des augmentations.