4 liens pour la semaine (2014-16)

De quoi lire et réfléchir pour ce long week-end ;)

  1. Bill Waddell, qui reprend l’idée qu’il est temps de repenser le service des Ressources Humaines. Il est vrai que c’est une fonction qui traverse une vraie crise existentielle aujourd’hui, entre les vrais humanistes qui perdent la foi à force d’avoir à appliquer les règlements internes abscons, et les gestionnaires qui ne sont là que pour protéger la société de ses propres collaborateurs.
  2. Rebekah Campbell du New York Times sur les coûts cachés des petits mensonges dans la vie professionnelle. Humilité, franchise et transparence, définitivement des caractéristiques communes aux meilleurs professionnels que je côtoie. Et oui, ce n’est pas toujours facile, mais c’est toujours gagnant à long terme.
  3. Une belle dataviz de Bloomberg sur les causes de mortalités aux USA, avec des gros morceaux de story-telling dedans. Notez comme on accède très facilement à chaque source de données sous-jacente, ça c’est une bonne pratique. Et les bonnes pratiques pour manipuler des données de population, issues de recensements, elles sont là.
  4. Dave Thomas, l’un des co-signataires du manifeste Agile, avec un petit électrochoc sur ce qu’est devenu l’Agilité, et son destin (via HN). Un bon rappel que l’Agilité c’est avant tout une intention, et pas des outils logiciels ni des carcans de processus.

______________________

<< Semaine Précédente – Semaine Suivante >>

Retour sur "Accélerez vos idées", la keynote de Microsoft du 15/04

Bon bin ça c’est fait : hier à 19h a eu lieu comme prévu la belle présentation de Microsoft sur leur plateforme Data / BI / Big Data, avec entre autres Satya Nadella (CEO) et Quentin Clark (cVP Data) sur scène.

Si vous voulez un compte rendu exhaustif, je conseille fortement l’article de JP sur le sujet.

Voir à travers le marketing...
Voir à travers le marketing…

Mon retour en vrac :

  • Il est bien Satya sur scène, j’aime beaucoup son élocution et sa présence, beaucoup plus que ce qui se faisait avant…
  • Autant le discours marketing est chouette, « Turn the data exhaust into Ambiant Intelligence », autant à mon sens les outils ne sont pas encore au niveau de ce qui est promis. C’est vrai que les premières briques sont là, et c’est vrai aussi que j’ai confiance dans la capacité des équipes produit à créer une offre cohérente à moyen terme. Mais ne mettons pas la grenouille avant les bœufs, sinon on aura des déçus.
  • D’ailleurs entendre un beau message marketing tout neuf, et voir que quasiment toutes les démos qui l’accompagnent ont déjà été présentées, et certaines depuis 1 an, c’est pas top top…
  • Un autre slogan qui fait sourire c’est « Mobile First, Cloud First », parce qu’en BI si on est couvert pour le Cloud, pour le Mobile c’est moins évident… Mais ça vient, ne faisons pas de mauvais esprit :)
  • Et dans le détail produit :
    • Polybase ça m’a l’air excellent (dans une même requête SQL on touche Hadoop et les bases relationnelles), dommage que pour le moment ça ne marche que sur PDW, pardon APS (l’appliance de MS change de nom). A quand dans Azure ?
    • On note qu’Office est présenté comme l’interface universelle pour tous les usages de données. Dommage pour SSRS ;)
    • Ça cause beaucoup Machine Learning, mais pour le moment rien de concret dans l’offre. On notera qu’à ce sujet pour une fois MS fait les choses à l’envers en termes de développement produit : ils partent d’une solution verticale existante (solution ML pour la recherche dans Bing) et tentent d’en faire un produit générique, alors que d’habitude ils développent les outils d’abord et recherchent les usages ensuite. Y’a du challenge !

Voilà, voilà. Content de voir que Satya mouille sa chemise pour la BI, mais ce n’était pas non plus une keynote à la Apple avec des annonces révolutionnaires qui font rêver. En fait ce qui m’a fait le plus plaisir pendant cette présentation, ce sont les commentaires en live des copains sur Twitter  ;)

Dilbert du 2014-03-20

On en avait déjà parlé, c’est un thème récurrent de Scott Adams, l’auteur de Dilbert:

Dilbert du 2014-03-20

Traduction approximative:

Boss: Les experts affirment que les manageurs doivent recruter des gens talentueux, et fixer des attentes claires.

Boss: Mais ils ne disent pas quoi faire quand on a raté la première partie. J’ai tendance à penser au micro-management.

Alice: Ma bonne volonté vient d’en prendre un coup.

Boss: Elle était déjà inexistante.

Oyez, oyez l’appel de Redmond : Accélérez vos idées le 15 avril à 19h!

Update 2014-04-16 : Le retour c’est ici.

Version courte : Si on fait de la BI, on ajoute ce webcast à venir dans son calendrier!

Version longue :

Je vous avoue que je suis un peu déçu. En effet j’étais partie faire une traduction automatique de "Accelerate your Insights", le titre original de l’événement dont je vais vous parler, dans l’idée d’obtenir une expression bien moche à mettre en titre de cet article. On aurait tous bien ri, ça m’aurait fait l’accroche de l’article, vous vous seriez exclamé « ce Fleid, quel mec cool et marrant ! ». Mais non. A la place j’ai eu « Accélérer vos idées », qui est finalement une bonne traduction. Je dois dire que je n’aurais jamais cru être déçu de la bonne qualité d’une traduction automatique. Tout arrive.

Satya Nadella annonce l'événement du 15 avril 2014

Pour revenir au sujet, si vous suivez ce blog pour la partie Business Intelligence, vous vous devez d’entendre l’appel de Microsoft du 15 avril à 19h. Parce que ce soit sur Twitter, Facebook, les newsletters ou les blogs MSDN, tous les 2 jours on a un rappel de la convocation. Et vu le beau monde autour de la table, ils doivent avoir quelque chose d’important à nous dire. Je vous donne : Satya Nadella, le président, Kevin Turner, le premier ministre, et Quentin Clark, le ministre de la Data (qui sort du bois en ce moment).

Ça va causer SQL Server 2014, Power BI, et certainement Azure. J’espère également des news côté Big Data avec HDInsight et PDW.

Donc direction vos calendriers : le 15 avril à 19h00, surement sur Channel 9.

L’impact de la stratégie d’entreprise au niveau du collaborateur

Un ami me racontait dernièrement que lors de son récent entretien annuel, il lui avait été indiqué qu’il ne serait augmenté que de 1%. Et cela non pas en raison de ses performances propres (tous ses objectifs étant largement dépassés), mais parce que la société n’avait pas fait de résultat sur l’exercice précédent.

Pour rappel, dans notre milieu l’augmentation d’un bon élément qui a sur-performé tourne traditionnellement autour de 10%. On a donc naturellement tendance à voir son pourcentage d’augmentation comme une note sur 10 de son activité. Et 1/10, ça ne fait pas un beau bulletin pour quelqu’un qui s’est arraché toute l’année !

Alors si en première lecture on peut complétement comprendre que la direction ne souhaite pas dépenser de l’argent qu’elle n’a pas (notez qu’une entreprise n’a pas le droit d’être à découvert), on peut tout de même s’interroger sur pourquoi il n’y a pas d’argent alors qu’apparemment les collaborateurs performent ?

Dans une scène de ZombieLand, Un homme essuie ses larmes avec des billets

Et s’il y a des bonnes raisons, principalement découlant de facteurs externes comme la morosité du marché, ou des investissements qui généreront de la valeur à moyen/long terme, il y en a aussi des mauvaises, qui brulent le cash sans apporter de valeur : erreurs de recrutement et/ou de management qui finissent aux prud’hommes ou en indemnités de licenciement, organisation interne qui tue la motivation et l’efficacité, surexposition de l’entreprise sur des forfaits foireux qui plombent la marge (il ne suffit pas de remporter les forfaits les gens, surtout si ça vous met dans des conditions économiques non viables), mauvais positionnement des produits (taux trop bas, offres dépassées…), faiblesse du pipe commercial alors que le secteur est au beau fixe, investissements trop importants dans la structure qui plombent la marge, voire également des événements non intrinsèquement mauvais mais ayant un impact drastique sur la structure (rachats, cessions), etc…

Le point commun entre tout ça ? Ce sont des conséquences de choix stratégiques de la direction. Et si ces choix mangent le bénéfice, et que ça empêche les collaborateurs d’être augmentés, je trouve que ça pose un problème.

Alors ok, la direction n’a pas non plus été augmentée depuis 5 ans. Mais en fait c’est assez logique: si l’entreprise ne fait pas de résultat alors que le marché se porte bien, c’est qu’ils ne méritent pas d’être augmentés. Par ailleurs ne soyons pas naïfs, on est bien tous conscients qu’il existe des méthodes pour faire redescendre le cash autrement.

Walter White - You got me

Notez que ce qui me gêne ce n’est pas tant le gel des salaires des salariés. Diriger une entreprise c’est un métier difficile. Il faut prendre des risques alors que les conséquences sont graves. Et comme pour toute autre activité humaine, de temps en temps on se plante. Or quand on perd, cela se traduit par une perte de la valeur générée par les collaborateurs, et dans certains cas, une des méthodes pour éviter le dépôt de bilan c’est bien de geler les salaires. Sincèrement je n’envie pas ceux parmi les dirigeants qui ont un minimum d’empathie, et qui perdent rapidement le sommeil devant ce genre de situation.

Non, ce qui me gêne c’est qu’il apparaisse comme normal à certains dirigeants d’utiliser la masse salariale comme tampon dans ces situations, que ce soit sur les augmentations et les embauches (ou plutôt leurs absences), voir les licenciements. Personnellement je trouve ça problématique. En effet la boucle de feedback est cassée: ceux qui payent ne sont pas ceux qui ont la responsabilité de la situation, ni la capacité à corriger le tir.

Et là je vois 2 solutions :

Et comme d’habitude, si ce n’est pas applicable, ne pas hésiter à changer de crèmerie ;)

Sketch Vines de Jordan Burt sur la confiance

Retours sur le Global Windows Azure Bootcamp 2014

Ou le GWAB pour faire court. Ou peut-être le GMAB, vu que Windows Azure devient Microsoft Azure (beaucoup mieux à mon sens) !

Logo GWAB 2014

Alors le GWAB c’est quoi ? C’est un événement international dédié à Azure (la plateforme Cloud de Microsoft), sur une journée (c’était samedi dernier), avec pas loin d’une centaine de relais locaux dans de nombreux pays. 2014 est la deuxième édition de cet événement, et cette année en France c’est Paris et Lyon qui ont participé.

L’instance parisienne de l’événement était évidemment organisée par les MVP Azure dont entre autres Aymeric Weinbach de Zecloud.fr (MVP | Twitter), Mickaël Mottet (MVP | Twitter), Jean-Luc Boucho (MVP | Blog ) et Wilfried Woivré (MVP | Twitter), une belle brochette vous en conviendrez ;)

Et je n’étais pas seul pour représenter la data, puisque mon copain Romain Casteres était également de la fête!

Le contenu était d’un bon niveau, mais je retiens particulièrement la super keynote de Blaise Vignon (Linkedin| Twitter), Responsable Business Dev pour Azure de Microsoft, avec une introduction unique et originale à Azure. Également au top, la session « Gérer facilement les identités dans le Cloud » par Jean-Luc, qui m’a ouvert les yeux sur Azure Active Directory – vraiment un beau produit.

GWAB Jean-Luc Boucho en session

En tout cas merci aux organisateurs pour cette belle journée de découverte, de mon côté l’objectif du GWAB est clairement rempli ! Mon prochain objectif : obtenir une session data pour le GUSS à la prochaine édition ;)

4 liens pour la semaine (2014-13)

Ca faisait trop longtemps que je ne vous avais fait une petite sélection de lectures à ne pas rater!

  1. Sebastian Marshall sur comment gagner de l’argent se résume à 2 grands aspects. Brillant!
  2. Via le Radar, le changement d’approche managériale de Chipotle (chaîne de fast food américaine), qui remet les responsabilités en face des individus. C’est top et ça marche ! Si vous avez un peu de temps, je vous conseille comme Nat Tokington de poursuivre avec l’article de Ben Horowitz sur la formation.
  3. Chris Dixon qui nous rappelle l’excellente analyse en 3 points de Douglas Adams sur notre approche des technologies.
  4. Enfin, via John Gruber, Horace Dediu qui en 3 graphs nous montre la domination d’Apple et Samsung sur le marché des téléphones portables. Particulièrement choquant, le graph sur le résultat d’exploitation :
Notez comme Apple et Samsung extraient à eux deux l’ensemble des profits du marché !
Notez comment Apple et Samsung extraient à eux deux l’ensemble des profits du marché !

______________________

<< Semaine Précédente – Semaine Suivante >>