Au revoir 2013, et bonne année 2014 ;)

Voici mon petit débriefing de l’année 2013. J’applique une pratique de l’amélioration continue en rédigeant ma rétrospective annuelle, j’en profite pour en faire un article comme en 2011 et 2010.

Si je ne l’avais pas fait l’année dernière, cette année c’est Charly qui m’a motivé à recommencer l’exercice. N’hésitez pas vous aussi à écrire votre bilan et vos objectifs, ça clarifie les choses et concrétise les volontés (vive le management visuel), et puis vu le temps dehors, autant en profiter…

Je suis obligé de mettre de la neige dans l'article parce que dehors en fait il fait grand ciel bleu...

Donc en 2013 j’ai avancé sur les fonctions suivantes :

–          Management : Animation d’une équipe d’une douzaine de consultants : à eux de dire si j’ai bien fait mon job ! De mon côté je suis super satisfait de la progression de l’équipe. Tout le monde a cravaché dur et ça se sent sur la qualité du delivery (les seuls clients mécontents sont ceux où je suis intervenu directement, c’est pour dire !). Là aussi on a fait de l’amélioration continue, tant en terme de formations/certifications que de gestion de la connaissance. Beau boulot les gens !

–          Développement Business : Toujours des avant-ventes et autres réponses aux appels d’offres, mais également la participation à la création d’une offre verticale (finance/compta) et présentation du produit en résultant à un salon pour les DAF. Aussi cette année un gros travail de rencontre avec les équipes Microsoft. Ça me fait très plaisir de mettre enfin des visages sur des noms bien connus. Et plus globalement la rencontre de nombreux acteurs de l’écosystème, que nous soyons concurrents ou complémentaires, c’est toujours positif d’échanger avec ses pairs.

–          Technologies : Pour obtenir la MCSE j’ai dû retravailler toutes les bases, y compris l’administration de SQL Server. J’avoue y être allé à reculons, et finalement je me suis amusé et j’ai beaucoup appris. Heureusement d’ailleurs, ça m’a permis d’avoir l’air moins bête dans les discussions des MVP SQL Server orientés moteur au MVP Summit… Et sinon : pas mal de Power Pivot / SSAS Tabular et Power View pour notre offre verticale, pas mal de Power Query parce que c’est vraiment un beau produit, du Azure en IaaS parce que c’est facile, et du HDInsight pour finir l’année en beauté !

–          Décisionnel : En mode passif sur la modélisation (quelques cas intéressants cette année mais rien de révolutionnaire), en mode actif sur les cas d’usage, que ce soit le big data ou le self-service. Le marketing s’essouffle enfin sur le big data et on commence à voir apparaître des solutions utilisables (pas complétement sèches non plus) pour résoudre des vrais problèmes à des prix vraiment intéressants. Côté self-service c’est toujours ce travail de recherche autour du positionnement de la BI comme outil d’une conduite du changement plus qu’une fin en soi.

–          Gestion de Projet : Du Kanban, de l’Agile, j’ai bien bossé le sujet tant en veille qu’en pratique, je suis satisfait 😉

–          Fonctionnel : Rien de vraiment neuf en 2013, dommage… Enfin si, mais rien de vraiment différent.

–          Relation Utilisateur / Communication : Pas de révolution non plus. Côté écrit j’essaye toujours d’être le plus minimaliste possible, côté oral j’ai fait 3 sessions cette année dont une table ronde (Carrières aux SQLSaturday) et ça m’éclate toujours autant. Plein de choses à venir de ce côté en 2014, toujours avec le GUSS!

Voilà pour l’année passée. Et pour l’année à venir, je vais l’extrapoler à partir des bouquins qui sont dans la pile «à lire » sur ma table de chevet :

Des livres à lire

–          Peopleware de DeMarco et Lister, après le Mythical Man-Month, l’autre incontournable de la gestion d’équipe informatique

–          Toyota Kata de Mike Rother, une des bibles du Lean

–          The Year Without Pants de Scott Berkun, un de mes blogueurs préférés, gourou de la gestion de projet, qui retourne faire le chef de projet pendant 1 an chez WordPress et raconte l’aventure

–          Naked Statistics de Charles Wheelan, un rafraichissement de ma culture sur les statistiques avant de m’y remettre pour de vrai sur le Machine Learning (via Coursera très certainement)

–          Information Dashboard Design de Stephen Few, parce que je reste convaincu que le design d’un rapport ou d’un tableau de bord contribue de manière drastique à son adoption, et que c’est un sujet trop négligé dans notre milieu

Vous l’avez compris, 2013 a été une année plutôt remplie pour moi, espérons que 2014 le soit tout autant 😉

Le futur du décisionnel? Pas forcément là où on veut nous le faire croire…

Via Jason Kottke, cette jolie vidéo qui présente la chaîne d’assemblage de Tesla pour produire le Model S :

Prenez le temps de la regarder, elle est courte et elle vaut vraiment le coup d’œil.

Pour donner un peu de contexte, Tesla Motors est un constructeur automobile américain récent, spécialisé dans les voitures 100% électriques, lancé par Elon Musk, un Nikola Tesla moderne. Comme on le voit dans la vidéo, ils sont au somment niveau innovation.

Et un peu plus tôt, toujours via Kottke, il y a cette vidéo de l’usine d’assemblage NeXT, le constructeur informatique qu’avait lancé Steve Jobs avant de revenir chez Apple.

Ce qu’on peut voir dans ces vidéos, c’est pour une chaîne de fabrication le top en termes d’organisation, de flux de production, d’automatisation, d’intégration logistique, d’amélioration continue… (de lean manufacturing en sorte) qui mènent au top en terme de qualité et de temps de construction (3 jours pour une voiture, combien de temps pour un projet décisionnel?).

Et de là on peut faire le parallèle à notre activité de développement en décisionnel, sur SQL Server ou pas. Chez nous, pas d’usine logicielle, très peu de frameworks – ou qui ne font pas franchement rêver – le tout début de la génération automatique de code (il faut que je m’y mette), surtout des Best Practices transmises via savoir tribal et quelques Design Patterns (SSIS oui, SSAS et SSRS sont bien vides).

Ça c’est sur la conception, mais côté industrialisation on est aussi à la ramasse. Entre autres: un déploiement de toute une solution en un clic c’est encore trop risqué, un build complet ça n’est pas possible et ça ne sert surtout pas à grand chose, et si les tests automatisés fonctionnent bien en SQL OLTP, c’est encore dur de comparer des données en provenance de sources hétérogènes (SQL vs MDX vs DAX, à voir si ça n’est pas en train de changer).

On présente le futur de la BI comme étant un mix de Big Data, de Data Visualisation, d’in-memory, d’analyse prédictive, de stockage verticale ou encore de Cloud. Certes, mais je crois qu’avant cela il faudrait déjà qu’on rejoigne le présent du monde du développement logiciel. Ce serait déjà pas mal.

Deux points positifs cependant : on se rattrape sur les cycles d’amélioration continue : côté plateforme (base de données des bugs, templating, reporting sur l’usage et les performances…) et côté équipe (revue de code, plan de formation, plan de carrière, suivi des objectifs…). Et également avec la verticalisation, à savoir : on construit une fois, le plus proprement possible, et on réutilise sur d’autres projets qui utilisent les mêmes applicatifs sources. Mais ça ne marche que dans les marchés où les progiciels utilisés sont toujours les mêmes (compta d’entreprise, RH, CRM…), marchés qui sont finalement assez rares.

A nous donc d’arrêter de courir après les dernières modes, et de nous concentrer sur ce qui est vraiment important pour la croissance de notre « science » (dit-il tout en préparant un article sur Azure – spoiler : le IaaS c’est trop bien ;)).