Pourquoi un datawarehouse ?

Au-delà de la réponse théorique, c’est une question à laquelle il faut bien répondre dans le contexte du projet en cours.

Le cas du jour : une recette qui ne se termine pas chez un client, principalement parce que leurs applicatifs sont des sources inépuisables d’anomalies de données.

Alors ça ne rate pas, le chef de projet MOA et le sponsor s’agacent en comité de pilotage : « Y’en a marre, ça n’en finit pas, en plus vous êtes en régie et ça nous coûte trop cher ».

Certes, mais l’objectif initial du datawarehouse, ça n’était pas d’avoir une base centralisée, consolidée, propre de la comptabilité du groupe ?

Parce que la plupart des anomalies rencontrées sont bien des erreurs dans les données, qu’elles soient mal saisies dans les systèmes comptables ou résultantes de bug de ces mêmes systèmes. Chaque anomalie résolue c’est des données nettoyées, c’est une comptabilité plus propre, c’est donc bien de la valeur ajoutée !

Celui qui en a conscience c’est le futur utilisateur de la solution, responsable du contrôle de gestion qui se doutait que sa compta n’était pas bonne, qui en a enfin la preuve, et qui est enfin capable de le détecter et de le corriger.

Reste à convaincre les décideurs…

Dilbert du 06/03/2013