Stephen Few sur Tableau 8 (spoiler : il est pas ravi)

Stephen Few, le pape de la datavisualization, nous fait un retour assez sombre sur la nouvelle édition de Tableau (qui devrait sortir sous peu). Vous le savez c’est un sujet qui me tient à cœur puisque je dispose d’une offre Tableau dans mon portefeuille.

Si je n’ai pas eu la chance de tester Tableau 8 moi-même, pour constater de visu les remarques faites par Stephen, je retrouve bien mon feeling général par rapport à l’éditeur dans sa prose. Je vous laisse aller la parcourir!

The new face of Tableau

Alors la situation est-elle critique? Le monde de Tableau s’écroule t-il?

Ou formulé de manière plus pragmatique : Peut-on encore sereinement acheter du Tableau aujourd’hui ?

Oui, évidemment! (répond le revendeur de licences).

Tableau Desktop 7, et bientôt Tableau 8, est pour moi l’un des meilleurs logiciels d’exploration visuelle des données. Il dispose d’une avance considérable qu’il faudra du temps aux autres pour rattraper. Aujourd’hui c’est le plus rapide à prendre en main, le plus flatteur pour l’utilisateur, le plus simple à déployer et maintenir, et à part les copains Spotfire (au licencing incompréhensible) et JMP (nettement moins sexy) il n’y a pas grand monde pour le concurrencer.

Par contre si Tableau, l’éditeur, en faisant des efforts pour plaire à Gartner et au marché (à la veille de son entrée en bourse), va à l’encontre des bonnes pratiques de la dataviz (qui étaient son facteur différenciant jusqu’à présent), il est vitale que les vrais experts indépendants comme Stephen Few tirent la sonnette d’alarme. C’est chose faite!

Espérons que le message passe.

Dilbert du 30/07/2012

Retour de Stephen Few sur l’étude Forrester sur la visualisation de données avancée

Stephen Few est mon nouveau gourou. Tout du moins dans la partie Business Intelligence (décisionnel) de mon activité.

J’ai acheté ses livres et je suis en train de les dévorer. Un compte rendu arrive bientôt, mais à mon sens « Show Me The Numbers » (édition 2012) représente côté visualisation de données ce qu’est « The Datawarehouse Toolkit » (2nd édition) de Kimball côté entrepôt de données. Et ceux qui me connaissent savent à quel point je vénère ce livre, donc ce n’est pas peu dire !

Show Me The Numers : Pareto Chart

D’ailleurs si vous vous souvenez c’est déjà Stephen Few qui m’avait inspiré pour cet article, c’est lui l’auteur du slide, et je suis content puisque désormais j’ai une bible pour chaque côté de la barrière.

Pourquoi vous en reparler maintenant ? Parce que ce bon monsieur a un blog, qu’il a du caractère et qu’il n’a pas sa langue dans sa poche. Donc naturellement il allume joyeusement et régulièrement l’industrie décisionnelle au sens large, et c’est plutôt jouissif.

La dernière en date je n’allais pas spécialement vous la rapporter, mais Stéphane Nardin a bien fait d’insister et j’y suis retourné pour voir que non seulement l’article de Mister Few est bon, mais que les commentaires qui suivent sont excellents.

Je crois que l’ensemble vaut vraiment les 10 minutes de lecture qu’il requiert, mais pour les pressés et les anglophobes je vous la fais en courte :

  • Stephen Few raconte dans l’article comment à la simple lecture de l’extrait gratuit du dernier rapport de Forrester sur la visualisation de données (2500$), il sait que c’est du vent. Morceaux choisis :
    • « … parce que, basé sur ses précédentes publications, je sais que Boris Evelson (un des deux auteurs) ne comprends pas grand-chose à la visualisation de données… »
    • « Personne avec un minimum d’expertise dans la domaine de la visualisation de données ne placerait IBM, Information Builders, SAP et Oracle dans la liste des leaders à côté de Tableau Software, Tibco Spotfire et SAS… »
    • « L’équipe de Forrester fait preuve de ce comportement typique dans le monde de la BI de l’obsession sur la technologie plutôt que sur les compétences et activités qui permettent de réaliser des visualisations efficaces… »
    • « Si vous avez payé pour le rapport de Forrester, demandez à être remboursé. Rappelez-leur qu’avec un tel prix, vient l’attente d’un niveau réel d’expertise. »
  • Dans les commentaires il continue :
    • « Vous pouvez penser que c’est violent de qualifier le rapport de Forrester de mensonges. Peut-être est-ce seulement de l’ignorance. Mais quand on prétend être expert, on se donne la responsabilité de connaître la vérité. Les auteurs ne peuvent pas être omniscients, d’accord, mais ils n’ont pas d’excuse pour ne pas connaître des faits aussi élémentaires ».
    • « Les auteurs de ce rapport, en fait, n’ont aucune expérience en visualisation de données. Ce sont des généralistes de la BI qui n’ont pas pris le temps d’apprendre ce domaine. »
  • Toujours dans les commentaires, il publie une mise à jour après avoir mis la main sur le rapport complet :
    • « Grace à un collègue qui m’a transmis une copie complète du rapport de Forrester, je peux maintenant dire que c’est pire que ce que j’imaginais. »
    • « Si cette étude représente la valeur générale qu’apporte Forrester à ses clients, ces derniers feraient mieux d’arrêter de payer et demander à être remboursés ».
  • Ce sur quoi intervient un certain Kyle McNabb, VP chez Forrester, qui tente de corriger le tir :
    • « Aucun vendeur ne paye pour apparaître dans l’étude » (en réponse à Stephen qui s’interroge sur pourquoi certains vendeurs qui n’ont rien à faire dans la visualisation de données y apparaissent quand même).
    • « Nos recherches sont exhaustives (…) Elles sont construites avec objectivité et en transparence ».
  • Et Stephen se lâche en réponse:
    • « C’était peut-être fatiguant (jeu de mot sur exhausting / exhaustive) pour vos analystes de compiler cette étude à cause de leur ignorance sur le sujet, mais ce rapport est loin d’être exhaustif ».
    • « Forrester produit peut-être des rapports utiles sur d’autres technologies, mais honte sur vous de produire un tel torchon sur la visualisation de données et de le facturer 2500$. »

Ouch.

Mais c’est aussi dans cette réponse finale qu’on touche à mon avis au coeur du problème. Stephen Few y révèle que l’un des auteurs lui a confié qu’il manquait d’expertise sur le sujet, et qu’il souhaitait que Stephen le forme. Seulement Forrester ne paye pas pour ce genre de prestation. Ils fonctionnent sous forme d’échange de bons procédés : la formation est gratuite, et en échange l’organisme cite l’auteur dans ses études, contribuant à sa notoriété, et oriente ses propres clients à la recherche de conseil vers la société de Stephen Few. Comme ce dernier le souligne, ce n’est pas avec ce genre d’arrangement qu’on peut garantir objectivité et transparence

Conclusion : ce n’est qu’un secret de polichinelle, mais les analystes (Forrester, Gartner…) disent un tas de choses qu’il faut savoir prendre avec des grosses pincettes. Personnellement, même quand je suis d’accord avec ce qu’ils publient, je place toujours un disclaimer qui rappelle la qualité incertaine de la source d’information. N’hésitez pas à faire de même !

Rapide revue de Tibco Spotfire face à Tableau

Je vous l’ai déjà dit, je travaille sur un petit comparatif des différentes solutions de BI self-service qui existent sur le marché. Aujourd’hui j’avais une heure ou deux à tuer, et j’en ai profité pour essayer un des produits sur ma liste : Tibco Spotfire.

Je vais donc sur leur site web, je scanne rapidement pour trouver le lien de téléchargement, fastoche : il est en haut et en rouge.

Tibco Spotfire 1 - Download

J’arrive sur place et je trouve rapidement ce que je cherche : le lien « Download Now« . Hop, c’est cliqué.

Nouvelle page et premier lézard : on me demande de choisir une version, avec pour seul facteur différenciant le prix de la licence. Si on me laisse le choix vous vous doutez bien que je prendrai la moins chère… Mais je suis en mode comparatif, donc je clique sur le petit lien qui liste les différences entre les produits. Bien m’en a pris : il me faudra au moins les versions à plus de 1000$ par an pour s’alimenter sur autre chose que des fichiers Excel/Access. Vu que je veux tout voir, je vais tenter la version à 4500$ par an, qui comprend toutes les visualisations possibles.

Première remarque, point de vue tarif, c’est plus cher que Tableau (2000$ pour Desktop, 1000$ pour Server pour la première année, avec une maintenance à 20% par an après ça)

Et là je tilte : je ne suis plus sur spotfire.tibco.com, mais sur silverspotfire.tibco.com, la solution d’analyse sur le cloud de Tibco. Ceci explique surement qu’on me montre des prix récurrents annuels plutôt que des prix d’achats de licence + maintenance. Enfin peut-être… Parce qu’en fait je ne comprends plus si Spotfire est un client lourd ou pas. Continuons, on verra bien !

Je finis le processus de téléchargement : je me crée un compte, on m’envoie un mail, je télécharge un client, et hop, voilà l’icône sur mon bureau (non je ne fais pas de placement produit, non non)

Tibco Spotfire - 2 - Mon bureau

Je clic clic sur la jolie icone et une invitation apparaît :

Tibco Spotfire - 3 - Ecran de login

Hum… Si c’est vraiment un client lourd, il m’a l’air bien connecté au serveur… Mon problème ? Je n’ai pas vu passer une installation serveur sur mon poste (50Mb l’installeur + aucune demande de paramétrage serveur dans les next/next). Donc je choisis quoi comme serveur ?

Je retourne voir le mail de téléchargement pour voir si ça cause serveur… nop.

Je clic sur help, mais partout il est sous-entendu que je dispose déjà d’une URL vers un serveur. Bon, direction le site web où je trouve assez facilement l’accueil du support :

Tibco Spotfire - 4 - Support

Je confirme, la version « analyst » c’est bien ma version. Pas de chance avec les 2 « support guides » en lien, c’est les modes d’emploi de comment s’enregistrer pour ouvrir un ticket – je refuse de croire qu’il va me falloir ouvrir un ticket pour utiliser la démo gratuite du produit. Je dois avoir raté quelque chose !

Donc je continue à parcourir la page et je tombe sur une FAQ, qui elle répond à ma question dès les premières lignes :

Tibco Spotfire - 5 - FAQ de support

A ce moment-là je m’interroge : si l’URL du serveur public est fixe, ça aurait peut-être été pas mal de la mettre en dur dans l’installeur ? Mais je diverge.

Retour vers la fenêtre d’invitation, où je vais « manager mon serveur » :

Tibco Spotfire - 6 - Ecran de gestion des serveurs

Production ou test ? Je ne sais pas de quoi il s’agit. Alors je choisis Production, je suis comme ça moi !

Je saisis mon login / mot de passe :

Tibco Spotfire - 7 - Ecran de login complété

Et hop ! Enfin non, pas hop, mon client n’est plus à jour (je l’ai téléchargé il y’a 5 minutes pourtant). Donc c’est parti pour une mise à jour… qui durera en tout et pour tout moins d’1 minute. Ok je commence à être mauvaise langue, restons serein 😉

Voilà ! La bête est installée, on va pouvoir jouer ! Pourquoi vous avoir détaillé ainsi mon parcours ? Parce que je trouve que c’est dans ce genre de détails qu’on voit l’attention d’un éditeur à ses clients. Et là pour moi cette première impression n’est pas la bonne.

 Tibco Spotfire - 8 - Enfin l'écran d'accueil!

Pour ce qui est de l’outil en lui-même, je vous encourage à prendre 5 minutes pour regarder la vidéo de prise en main. Elle est rapide et bien faite. Dommage qu’elle ne soit pas mise en avant plus tôt, elle présente vraiment bien le produit et met en valeur ses avantages.

Voici à quoi ressemble Spotfire une fois qu’on a construit un tableau de bord (celui là est de démo – cliquez dessus pour voir en grand):

Tibco Spotfire - 9 - Interface complète

Mon avis, forcément biaisé (rappel, je suis responsable d’offre pour un produit concurrent dans une société de conseil) :

  • Interface
    • Globalement l’interface est plus simple que Tableau Desktop, voir même simpliste maintenant que je suis habitué à celle de Tableau. J’ai peur qu’en utilisation lourde on soit vite fatigué par l’aspect non-explicite des différentes options. Tableau fait vraiment application solide et robuste. Spotfire me donne l’impression contraire.
    • Cette impression vient surement du fait qu’avec Tableau Desktop on travaille sur un seul graphique à la fois et qu’ensuite on utilise ces graphiques comme des briques de légo pour construire un dashboard complet. Le fait de dissocier ces 2 activités permet d’optimiser les interfaces pour chacune des taches. Une fois les dashboards prêts on peut les publier sur Tableau Server, qui offre alors un troisième cas d’utilisation: accéder aux rapports dans un browser. Dans Spotfire on a l’impression de tout faire dans un seul écran, et forcément ça complique les choses. Explorer ses données, construire un tableau de bord et le consommer sont des activités différentes qui à mon sens doivent disposer d’interfaces différentes. Mais ça n’engage que moi!
    • Un vrai truc sympa : les graphes évoluent en live quand on joue avec les filtres. Ainsi on voit des portions disparaîtrent ou apparaîtrent et on comprend le passage d’un état à l’autre. Ça manque à Tableau et ça renvoie à la présentation de Jean-Daniel FEKETE, chercheur en dataviz à l’INRIA, lors du dernier Visual Decision Forum sur les bonnes pratiques en la matière.
  • Visualisations
    • Des vraies treemaps ! (j’ai pas sur Tableau, ça me manque)
    • Des sparklines directement en drag and drop, chouette !
    • Sinon la plupart des représentations classiques est bien présente et les couleurs par défaut sont bien choisies (comme Tableau)
  • Aspect technique
    • Côté sources de données : Excel, Access, CSV d’un côté. Connecteurs Oracle, ODBC, OLE DB en mode saisie de la chaîne de connexion de l’autre. Mouais, bof bof quand on voit la liste côté Tableau.
    • Pour les performances, je n’ai pas pu tester la chose sur du vrai volume, mais je n’ai encore jamais vu de retour négatif sur le sujet
  • Licences
    • A confirmer, mais si effectivement les licences de Spotfire ne sont pas des licences d’achat mais des licences d’utilisation annuelles, l’écart de facture avec Tableau est vraiment important et se creuse avec chaque année qui passe.
  • Positionnement du produit
    • Pour un avis plus neutre que le mien, voir la série d’article d’Andrew Pandre, surtout celui-là, en faisant attention aux dates et aux numéros de version des produits. Ça bouge très vite sur ces outils et les comparatifs sont vites dépassés.
    • De mon côté, je trouve que Tableau Desktop est un produit plus individualiste que Spotfire, ce qui est un bon point pour de la BI Self Service. Car en effet si Tableau Desktop peut fonctionner en total autonomie côté utilisateur, SpotFire nécessite une infrastructure et donc l’intervention de l’IT. Par contre une fois cette structure déployée, je pense qu’on peut ouvrir le client Spotfire à une population d’utilisateur qui pourrait avoir peur de Tableau Desktop. Oui, ok, je parle des analystes qui ont peur des tableaux croisés dynamiques dans Excel, mais ce sont des utilisateurs quand même !
    • Enfin, et histoire d’être complet, je vous pointe vers un comparatif qui lui est biaisé en faveur de Spotfire. Pensez quand même à lire sur Linkedin le contre argumentaire par les utilisateurs de Tableau, l’auteur du comparatif s’étant trompé sur quelques points concernant Tableau.

En conclusion je dirais que Spotfire me semble être un bon produit. Il est propre, carré, mais je dois dire que sa philosophie ne correspond pas à la mienne. Je veux un produit transparent et simple, certes, mais qui permet également de monter en puissance quand on en a besoin. Je veux également un produit qui peut fonctionner en totale autonomie, sans support de l’IT, et qui sait aussi s’intégrer si besoin. Tableau répond à ces deux critères à travers la dissociation de Tableau Desktop – un vrai client lourd d’exploration de données – et Tableau Server – le portail de diffusion – à mon sens Spotfire non (SilverSpotfire tout du moins).

T+1 semaine, je suis sous l’eau…C’est cool!

Je suis sous l’eau, certes, mais je souhaitais quand même faire un point avec vous une semaine après ma prise de fonction chez BIOS.

Tous ceux qui sont passés par là vous le diront, c’est vraiment éclatant de lancer une nouvelle offre. Tout le monde est en ébullition, les idées fusent et les todo listent explosent. L’ambiance est survoltée, c’est chouette 🙂

Dans ma liste et dans le désordre : la mise en place du partenariat avec l’éditeur, la formation technique poussée – un peu de crédibilité tout de même – la rédaction des différents supports commerciaux, la séduction des premiers prospects, la mise en place d’un premier événement (je vous tiendrai au courant, ce sera début juillet), l’information de l’équipe commerciale sur le pricing, les POCs, le karting (j’ai toujours la chance d’arriver au moment des soirées d’entreprise !), etc, etc…

Et ça ce sont les opérations de « survie » ! Parce que j’ai également été recruté pour mettre en place un blog pour BIOS, avec plein d’idée de comparatifs entre les différents outils BI, que ce soit Microsoft avec SQL Server 2012 et PowerPivot / Power View, mais également Qlikview, Cognos et tous ceux que vous réclamez dans les commentaires 😉

Donc je vous rassure, pas d’inquiétude, mes journées sont pleines.

Un dernier mot tout de même avant de retourner au turbin. Je voulais vous parler de la stratégie de BIOS, qui entretient des partenariats de haut niveau avec des éditeurs qui peuvent apparaître comme concurrents. A première vue cela peut paraître surprenant, mais ça ne l’est pas.

BIOS est un cabinet de conseil spécialisé en décisionnel. L’expertise produit ne vient qu’après le rôle de conseil. Les produits ne sont pas des fins en eux-mêmes, ce sont des outils à mettre en œuvre pour répondre aux problématiques métiers et organisationnels des clients. Dans les faits cela se traduit par la capacité à proposer plusieurs produits, chacun avec ses forces et ses faiblesses, et aider le client à choisir le plus adapté à la situation à résoudre. Dans ces conditions, aucun problème à par exemple faire cohabiter Qlikview et Tableau!

On reparlera de ce sujet, je le trouve crucial pour bien comprendre les offres de service et choisir ses consultants, dès que j’aurai un peu plus de temps…

[Mise à Jour] 22/06/12 – Clarifications

Le changement c’est maintenant!

Rien à voir avec les élections, sauf que pour moi aussi c’est le changement !
Je reviens de vacances, et je reprends la BI ça vous gagne en main, en vous annonçant que j’ai changé de société de conseil pour rejoindre BIOS Consulting. En effet les directeurs associés de BIOS m’ont fait une belle offre pour monter un pôle Tableau Software, j’avais besoin d’air frais, donc j’ai accepté !

BIOS ça peut vous rappeler quelque chose, en effet c’est l’ancienne société d’Aurélien Koppel avant qu’il ne se fasse débaucher par Microsoft. Aujourd’hui c’est Thomas Morisson qui a pris sa place, et moi « j’abandonne » la BI Microsoft pour faire du Tableau. Je mets des guillemets parce que ce n’est juste pas possible, j’aime trop ça pour tout lâcher et  je suis sûr que Thomas saura me débaucher de temps en temps pour lui filer un coup de main 🙂

En attendant me voilà « Chef de pôle – Tableau Software », et je trouve que ça claque bien 😉

On peut se demander pourquoi changer de technologie, surtout alors que SQL Server 2012 déboule avec tous ses nouveaux jouets.

En fait cela vient d’un constat simple : l’offre décisionnelle Microsoft manque vraiment d’un réel outil de visualisation/exploration des données. On en reparlera en détail plus tard – je ferai surement toute une série d’articles sur tous ces produits et Tableau – mais PowerPivot est tout sauf visuel, et Power View est… comment dire ça sans fâcher personne… jeune ?
Donc on a beau faire le plus beau datawarehouse du monde, si le client voit une interface moche, ou ne peut accéder à ses données qu’à travers Excel, c’est difficile de l’en convaincre. Et ça gâche un peu la réussite de la mission. Tout ça Stephen Few en parle bien mieux que moi (et ça dès 2010…), à voir par là.

Et Tableau c’est aussi un produit qui est simple, efficace et puissant, facile à apprendre, et qui permet donc de se consacrer à la problématique du client plutôt qu’à la technique désobéissante. Parfaitement alignée avec ma philosophie tout ça !
Bon bin y’a du boulot, que ce soit sur la montée en compétence ou sur la construction de l’offre. Je vous tiendrai évidemment au courant au fur et à mesure. Souhaitez-moi bonne chance 😉

Petite réflexion autour de l’accélération des technologies

En ce moment l’écosystème décisionnel Microsoft est en ébullition. Avec la sortie de SQL Server 2012, c’est tout un camion de nouvelles technologies qui débarque dans notre petit jardin: le DAX, SSAS Tabular, PowerPivot, Power View, Data Explorer, des gros morceaux de SharePoint qui s’incrustent, Windows 8, les évolutions SSIS, le T-SQL version 2012… On a un peu l’impression d’avoir un nouveau langage / environnement à apprendre tous les 3 jours.

Même en dehors de Microsoft le décisionnel bouge beaucoup, et on commence à parler Tableau, Qlikview, SpotFire, qui eux aussi requièrent une certaine expertise voir une expertise certaine.

Et si on revient chez Microsoft mais qu’on sort de la BI, on voit que ça bouge beaucoup, et que ça en fait s’interroger plus d’un !

Oh mon Dieu, du DAX!!!

Oh mon Dieu, du DAX!!!

Alors je crois que c’est le bon moment pour un petit rappel qui nous vient de 2002, de chez Joel Spolsky :

When I was an Israeli paratrooper a general stopped by to give us a little speech about strategy. In infantry battles, he told us, there is only one strategy: Fire and Motion. You move towards the enemy while firing your weapon. The firing forces him to keep his head down so he can’t fire at you.

Traduit approximativement :

Pendant mon service militaire, un général s’est adressé à nous pour un petit cours de stratégie. Dans les batailles d’infanteries, nous disait-il, il n’y a qu’une stratégie: tirer en mouvement. C’est à dire se déplacer vers l’ennemi tout en tirant dans sa direction. Le fait de tirer lui fait baisser la tête, ce qui permet de se déplacer sans qu’il vous tire dessus.

Qu’il applique à la technologie, quelques paragraphes plus loin:

Think of the history of data access strategies to come out of Microsoft. ODBC, RDO, DAO, ADO, OLEDB, now ADO.NET – All New! Are these technological imperatives? The result of an incompetent design group that needs to reinvent data access every goddamn year? (That’s probably it, actually.) But the end result is just cover fire. The competition has no choice but to spend all their time porting and keeping up, time that they can’t spend writing new features.

De nouveau traduit approximativement:

Pensez à l’histoire des protocoles d’accès aux données issus de Microsoft. ODBC, RDP, DAO, ADO, OLEDB, ADO.NET – tous tout neuf ! Etaient-ils technologiquement incontournables ? Ou le résultat de l’incompétence du groupe de design concerné ? Peu importe, le résultat c’est un tir de couverture : pendant que la compétition passe son temps à adapter son code elle n’a pas le temps d’écrire de nouvelles fonctionnalités.

Et nous autres, les utilisateurs de ces technologies, on est pris au milieu de la bataille.

Les juniors sont découragés par le nombre de technos à apprendre, les séniors s’offusquent d’avoir à apprendre encore un nouveau langage.

Tout ça c’est du « Fire & Motion » de l’éditeur, il est important de ne pas y succomber, car ce n’est pas notre guerre. Pour l’éviter : déterminer quel est votre objectif – réaliser des projets ? – et accomplissez le sans vous inquiéter de ne pas maîtriser l’ensemble des technologies de l’offre.

Ce qui est important c’est :

  • d’avoir les bases, la théorie essentielle indépendante de la techno : parler à un client de ses besoins, la modélisation dimensionnelle, de la gestion de projet élémentaire…
  • de maîtriser au moins une technologie, et connaître ses limites,
  • de savoir apprendre les autres, uniquement au moment où vous avez besoin d’elles et uniquement ce dont vous avez besoin
  • de savoir demander à l’aide.

Pour tous ces points, il y a la communauté. Abonnez-vous aux blogs, participez à FrenchConnection.BI et au GUSS, contactez les experts, bref, ne restez pas tout seul dans le noir 😉

Jusqu’à la fin de votre vie, plus vous apprendrez, plus vous réaliserez à quel point vous en savez peu. C’est de la philosophie de bas étage, mais c’est à garder en mémoire devant l’énormité du travail de veille technologique qui attend tout développeur / consultant qui se respecte.

Bon courage ! 🙂