4 liens rapides pour la semaine (2011-22)

Enfin les vacances! J’espère que les vôtres ne sont pas trop loin 🙂

  1. Un flashback de 37 Signals qui s’applique à toutes les disciplines pour tous les projets.
  2. Deux citations reprises par Swiss Miss: Benjamin Elijah Mays avec « Ce qui est grave ce n’est pas d’échouer, mais de viser trop bas » et Clay Christensen avec « Une stratégie de vie ce n’est rien d’autre que de décider consciemment d’allouer son temps, son énergie et son talent. »
  3. Une histoire qui résume bien la taxe trop importante sur l’innovation qu’est la protection de la « propriété intellectuelle ».
  4. Et pour finir le best-of d’edw519, un livre en ligne qui compile les meilleurs articles d’Ed Weissman, un des top contributeurs du Hacker News. Ça parle surtout aux programmeurs et aux consultants informatiques, mais c’est une excellente lecture pour les managers et directeurs IT afin de comprendre comment fonctionnent leurs troupes.

______________________

<< Semaine PrécédenteSemaine Suivante >>

4 liens rapides pour la semaine (2011-17)

Que du bon cette semaine!

  1. Ted Dziuba sur les problèmes d’Amazon en tant que plateforme Cloud (EC2/S3). J’aime beaucoup sa franchise.
  2. Andy Ihnatko sur comment rattraper une journée mal partie.
  3. Seth Godin: après les économies du « scale » (d’échelle), les économies du « small » (des petites entreprises).
  4. On commence avec une citation d’Einstein trouvée sur le blog de 37 Signals pour conclure avec Kevin Meyer sur le cout absurde de la complexité.

______________________

<< Semaine PrécédenteSemaine Suivante >>

Citation de la semaine

La voilà:

Beyond doubt, the most salient characteristic of life in this latter portion of the century is SPEED – what we may call hurry, the rate at which we move, the high-pressure at which we work;- and the question to be considered is, first, whether this rapid rate is in itself a good; and, next, whether it is worth the price we pay for it.

En français:

Sans l’ombre d’un doute, la caractéristique principale de la vie en cette fin de siècle est la vitesse, la précipitation, la hâte avec laquelle on se déplace, on agit, la haute pression sous laquelle on travail; et la question à se poser est donc de savoir si ce rythme de vie est bon, et s’il vaut le prix qu’on paye pour lui.

Rien de neuf hein? Peut être que si en fait, puisque ça date de 1877… J’ai triché dans le premier paragraphe pour ôter la mention du 19ème siècle, cf. l’original via Scott Berkun.