Edito : l’avenir de la BI Microsoft, ma liste de courses au Père Redmond

Lorsqu’il était devenu clair que la BI Self-Service devenait le cheval de bataille de notre éditeur préféré, mes camarades et moi-même avions eu une réflexion sur l’avenir de la Business Intelligence dans l’écosystème Microsoft.

Je me prête à l’exercice à nouveau, alors que SQL Server 2014 a été annoncé, sans aucune mention d’une quelconque nouveauté côté décisionnel.

Cher Microsoft, voici les 3 outils que j’aimerais vraiment vraiment que tu nous sortes, pour réellement améliorer mon quotidien de consultant et de définitivement faire de SQL Server la plateforme décisionnelle n°1.

SQL Server amélioré

  • Power SSRS 2014. Je rêve d’une vraie refonte de SSRS, qui quand on y pense n’a pas reçu d’évolution majeure depuis 2005. Parce que si Reporting Services reste aujourd’hui une offre viable pour le reporting de masse, c’est uniquement parce que les concurrents ne sont pas beaucoup plus beaux, et qu’en plus ils coutent un bras (plus un œil pour MicroStrategy). Alors voilà, moi je veux un SSRS 2014, en HTML5 (pour tous ces iPhones et iPad), intégré à Azure (pour un roulement continu de mises à jours, vive les technos web !), qui utiliserait le Data Management Gateway de Power BI pour accéder à ses sources, avec un designer de top niveau (pourquoi pas dans le browser, comme QlikView.Next) qui respecteraient les bonnes pratiques de la data-viz la Tableau). I want to believe !
  • Un Data Model « mixte » dans Excel 2013. Par là j’entends la possibilité d’intégrer les tables de SSAS Tabular directement dans le Data Model de Power Pivot, sans rapatriement des données. Une propriété de table, qui dirait que les données peuvent rester sur Tabular. On aurait les performances d’un mode serveur, avec la souplesse d’un Power Pivot (définition de mesures en DAX, possibilité de définir des relations et des tables liées directement dans Excel). Parce que pour le moment le scénario d’upgrade de Power Pivot vers SSAS Tabular n’est pas aussi lisse qu’il devrait l’être, sans la possibilité de rebrancher un dashboard du Data Model vers SSAS Tabular dans Excel 2013 (obligation de redev), et sans la conservation de l’aspect self-service (ajout de données locales, création de mesures à la volée) quand on passe de Power Pivot à SSAS Tabular.
  • Un outil de statistiques, d’analyse prédictive et de data-mining. Pas besoin d’en raconter des tonnes de ce côté: le DMX sur SSAS multidimensionnel ça sent clairement le sapin. Il est plus que temps de remplacer la chose par quelque chose de moderne, qui utilise les nouveaux moteurs, pourquoi pas à base de R.

Parce que oui, on a un des meilleurs ETL du monde, SSIS, et que la relève arrive gentiment à travers Power Query, et que ça sent bon. Et que oui, on a un des meilleurs moteurs SQL du marché, SQL Server, sans discussion possible.

Mais on perd inexorablement du terrain sur le reporting de masse, cas d’usage qui n’est définitivement pas remplacé par le self-service. Et que les cas d’usages sur le moteur VertiPaq / X-Velocity se doivent d’être infaillibles s’il doit crédiblement remplacer SSAS Multidimensionnel, un papy aux fonctionnalités bien rodées.

Microsoft, donne-nous les produits, et on te les trouvera les clients…

On vous les trouvera les clients...

Et vous alors ? Y’a quoi sur votre liste de courses ? 🙂