PowerPivot, BISM, Analysis Services et Marco Russo

Comme je vous le disais tantôt, la semaine dernière j’ai assisté au séminaire de 2 jours de Marco Russo sur PowerPivot.

Ce n’est pas difficile, c’est la meilleure formation a laquelle j’ai eu la chance d’assister, quel que soit le sujet. Que ce soit sur le contenu (précis, clair et exhaustif) ou la présentation (pédagogie, connaissance du sujet, passion), Marco Russo a fait un score parfait. Jusqu’à présent je voyais PowerPivot comme un gadget futur remplaçant d’Access, il m’a bien ouvert les yeux sur ses énormes capacités et le fait que ce soit bien le futur de SSAS. Job well done 🙂

Et hasard du calendrier, c’est justement la semaine dernière que Microsoft a fait le point sur la roadmap de sa plateforme BI pour les années à venir:

En cherchant un peu vous trouverez surement beaucoup d’autres articles sur le sujet (certains en français) et tout autant de discussions.

Moi j’ai eu de la chance, Marco Russo a pris le temps de nous expliquer en direct ce qu’il allait se passer. Chouette non? 😉

Pour la faire en court: SSAS va changer d’architecture pour s’organiser autour d’un modèle dénommé « BISM » (Business Intelligence Semantic Model – Modèle sémantique décisionnel).

Ce BISM comprendra 3 niveaux, chaque niveau pouvant être implémenté de plusieurs façons différentes:

  • Un modèle de données : en multidimensionnel (cf SSAS actuel) ou tabulaire (cf PowerPivot ou une base SQL classique)
  • Un langage de requête : MDX ou DAX
  • Un moteur d’accès aux données : MOLAP (SSAS actuel), VertiPaq (cf PowerPivot) ou un accès direct aux données d’où qu’elles viennent

Notez que lorsqu’on parle ici de modèle de données, on parle de l’implémentation technique (de l’encodage dans une solution informatique) du modèle de données fonctionnel (schéma en étoile, en flocon, ou autre). Mon premier est une suite de 0 et de 1 qui répondent à des contraintes informatiques, mon second est un dessin sur un papier qui répond à des contraintes métiers. Je précise parce qu’au début j’étais perdu: je me demandais à quoi pouvait bien ressembler un modèle de données BI tabulaire? Marco Russo m’a donné la réponse : à un schéma en étoile!

En image, le BISM et ses 3 éléménts ça donne ça:

BISM : l'avenir de SSAS

BISM : l'avenir de SSAS

La première bonne nouvelle c’est que bien que pour la v1.0 les deux piles (Multidim/MDX/MOLAP et Tabulaire/DAX/Vertipaq) soient étanches – on choisit soit une pile soit l’autre, dans le futur on devrait pouvoir choisir de construire la pile que l’on veut avec n’importe quelle brique (Tabulaire/MDX/Vertipaq par exemple). Le choix se faisant alors uniquement en fonction des contraintes métiers / utilisateurs et non de contraintes techniques.

La deuxième bonne nouvelle c’est que si on peut requêter en MDX et en DAX les 2 modèles de données, alors on devrait pouvoir utiliser n’importe quel front end (SSRS, Crescent, PowerPivot…) indépendamment de l’architecture de stockage. Cela lève le doute sur la compatibilité descendante entre Crescent (futur SSRS en DAX) et les cubes SSAS actuels, ça rassure!

Evidemment reste la question de comment faire le choix entre les 2 architectures, et là aussi Marco Russo nous a donné quelques éléments de réponses:

  • Avant tout, que ce soit pour le multidim ou le tabulaire, le schéma en étoile reste la méthode de modélisation des données.
  • Le multidimensionnel sera l’outil de choix pour travailler sur des données fortement hiérarchisées, utilisant des calculs mathématiques sur ces hiérarchies (par exemple sur le temps), avec des relations complexes (many to many) et où l’importance des données réside dans les chiffres (qui a dit finance dans le fond?)
  • Le tabulaire (avec Vertipaq et la compression en colonne) est ultra efficace sur les calculs en distinct et distinct count, même sur des très très gros volumes de données, il manipule bien les chaînes de caractères et est beaucoup plus facile à comprendre pour les utilisateurs (on dirait Access!)

En terme de proportions, Marco Russo nous a dit qu’il voyait les futurs projets ventilés en:

  • 30% ne pouvant être réalisés qu’avec du Multidim
  • 10% ne pouvant être réalisés qu’avec du Tabulaire
  • 60% au choix, avec beaucoup de Tabulaire puisque plus facile à implémenter

Personnellement je retrouve l’enthousiasme sur le futur de la BI Microsoft. Même si on est encore un peu déshabillé point de vue reporting, l’offre Microsoft est vraiment très belle point de vue moteur. Entre le dB Engine SQL, MOLAP et Vertipaq, on a de très belles technologies, partiellement recouvrantes mais pas redondantes, qui ont du sens et qui pulsent point de vue performance. Avoir des bons outils c’est essentiel pour bien faire son job, là je me sens bien équipé. C’est cool 🙂

3 commentaires sur « PowerPivot, BISM, Analysis Services et Marco Russo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s