Petites nouvelles en ce début d’été

En vrac :

  • Vous avez pu constater la mise à jour du design de la BI ça vous gagne (n’hésitez pas à venir voir un coup si vous suivez par flux RSS). Moi je le trouve plutôt joli, beaucoup plus lisible, et puis j’ai pu inclure un plugin Twitter dans la colonne de droite. Globalement c’est cool, non ?
  • En parlant de RSS, suite à la fermeture de Google Reader je suis passé sur feedbin.me. L’interface web est plutôt clean et il est compatible avec Reeder sur iPhone. Malheureusement dans la bataille j’ai perdu Reeder pour Mac, qu’aucun service ne couvre. Vous êtes passé sur quoi de votre côté ?
  • En parlant de Mac, je me tâte pour changer de MacBook Air à la rentrée, profiter des nouveaux SSD et de 8Go de RAM. Je sais que Charly va s’acheter une bête de course portable d’ici peu. Quand je vois ses stats j’hésite à repasser sur PC. Mais le poids, le bruit et la qualité des finitions du MBA me retiennent encore… Ça plus le fait d’avoir un OS par usage, Windows 8 pour le professionnel et OS X pour le personnel, ça m’arrange quand même bien. Je doute.
  • Cette fois sans transition, je vous encourage à vous inscrire au SQL Saturday 251, le samedi 14 septembre au campus EPITA à Paris, organisé par la fine équipe du GUSS (z’avez vu le nouveau site web ?). C’est un samedi donc pas d’excuses de planning 😉 Et d’ailleurs vous pouvez profiter du même lien pour soumettre vos sessions. C’est l’occasion de se faire connaître un peu, profitez-en ! Attention la deadline pour les speakers est bientôt là, et il me semble qu’on cherchait plutôt des sessions techniques niveau 300, si vous voulez maximiser vos chances.
  • Côté Microsoft, si vous avez raté l’annonce sachez que les produits Self-Service BI viennent d’être regroupés dans une offre marketing cohérente : Power BI. Cela inclut Power Pivot, Power View, Power Map (ex Geoflow) et Power Query (ex Data Explorer – le produit BI de l’année). Également dans le pack, la mise à disposition d’un mini portail BI pour partager ses fichiers et ses sources de connexions, directement sur Office 365, et d’autres goodies. Reste à connaître les tarifs et toutes les contraintes entre les systèmes. N’hésitez pas à lire l’avis de Chris Webb sur la question.

Et vous alors ? Ça va ? Quoi de neuf ? 🙂

Ma fuite au pays de la pomme

Je le disais tantôt, j’ai craqué pour le tout nouveau Macbook Air d’Apple.

Pour un consultant décisionnel spécialisé dans les technologies Microsoft, c’est vrai que c’est un peu ironique de passer à un produit du concurrent numéro 1. Je le justifie comme une preuve d’ouverture d’esprit… Je vous promets que de temps en temps ça passe 😉

Et puis je ne suis pas le seul. Je me suis renseigné, et la plupart des gens qui minspirent le sont. Ok c’est un peu un raisonnement de mouton, mais même dans mon écosystème vraiment pro-Microsoft les meilleurs sont sur Macbook.

Alors pourquoi un Mac ? Pour le hardware, évidemment, c’est super bien fini, bien pensé, le matos est sexy, la résolution d’écran est la bonne, à l’heure actuelle c’est juste le top en terme de design et de finition. Mais c’est également pour le software : OS X Lion est un bijou. Tout est intuitif, tout est facile. C’est surement la version de l’OS la plus facile à prendre en main pour quelqu’un qui vient du monde Windows.

Pourquoi ce Mac ? Le Macbook Air c’est le partenaire idéal du consultant (non développeur). Il est fin, léger (1.3kg), format A4, il démarre en 10 secondes et il a une grosse autonomie. C’est la classe en salle de réunion, c’est la classe pour faire un pitch à un client, c’est la classe pour faire une présentation à 40 personnes, c’est toujours la classe ! Je dis consultant mais pas développeur parce même avec un écran externe grand format, il manque de RAM pour en faire une machine de dév à temps plein – j’en reparle plus bas.

Pour ceux qui envisagent de « switcher », voici les points qui m’ont le plus impactés dans mes premiers jours, dans le désordre :

  • C’est bête à rappeler mais… Internet est le même sur toutes les systèmes d’exploitation. Donc pas d’inquiétudes pour GMail, Maps, Hotmail, et toutes les autres applis web, ça tourne nickel.
  • Sur Mac on installe pas un logiciel, on copie juste son package dans le répertoire « Application » et c’est tout! Ce package soit on le récupère en ligne (souvent dans un zip), soit il vient dans un DMG, une image disque. Un DMG ça se monte (on double clique dessus) et ça devient un disque dur qui contient le fichier attendu (idem ISO). Une fois fini on démonte (éjecte) le DMG et on peut le supprimer. C’est vraiment fastoche !
  • Pas de bouton droit, mais il y a un menu contextuel en faisant un click à 2 doigts sur le trackpad. D’ailleurs ce trackpad multitouch, il est génial.
  • L’OS et les applis utilisent beaucoup de raccourcis clavier qui accélèrent considérablement la manipulation. On les apprend progressivement avec le temps.
  • Il existe 2 très bons guides officiels pour commencer : Mac 101, Switch.
  • OS X est un super système d’exploitation, surtout parce que les logiciels qui y sont disponibles sont d’une très grande qualité (Sparrow, Reeder, Boxer, Caffeine, Fantastical, iStat Menus…)
  • Enfin, il est super facile de partager des fichiers avec un environnement Windows, par le réseau (utiliser smb:// dans safari si ça ne vient pas) ou par clef/disque USB.

Enfin, par rapport à mon activité de consultant, j’ai installé une machine virtuelle Windows. Une machine virtuelle c’est avoir un Windows complet dans une fenêtre dans OS X. Et malheureusement c’est là où n’avoir que 4Go de RAM pêche un peu. En effet cela veut dire qu’on va partager la RAM entre Mac OS X et Windows. Deux Go de RAM pour Windows Server 2008R2 avec SQL Server et toute la stack BI Microsoft, ça fait pas beaucoup.

Mais si on fait attention aux services qui se lancent, on se retrouve avec Office 2010 pour Windows (à moi les connexions OLAP et SQL Server, à moi PowerPivot et les nouveaux tableaux croisés dynamiques avec slicer), et carrément un SQL Server 2008R2 complet qui tourne au poil. Pour un POC, une démo ou une présentation ça marche nickel. En plus SQL Server profite vraiment bien du SSD: c’est ultra rapide… jusqu’à ce que ça crash à cause de la RAM ;). Et puis c’est tellement sexy d’avoir Visual Studio et Management Studio sur mon petit Macbook!

Vous l’avez bien compris je suis conquis par cette machine! Je vais attendre quelques mois et je vous ferai un autre compte rendu, une fois passée la période d’euphorie initiale, et on verra si la passion tient dans la durée 🙂